Le Blog
Bienvenue sur le blog officiel de Bernard Werber
04.08.2017
02 - "RIMBAUD ET LES SUSHIS". MAI 1994. TOKYO. (HISTOIRES EXTRAORDINAIRES QUE J’AI REELLEMENT VECUES. Numéro 2).


Bon vu que cela à l'air de vous amuser, je vous en raconte une deuxième, dans le cadre "histoire réellement vécue".

HISTOIRE REELEMENT VECUE N°02 - ARRIVEE EN MAI 1994 A TOKYO

"RIMBAUD ET LES SUSHIS".

Petite anecdote qui m'est arrivée en Mai 1994.
J'arrive a Tokyo au Japon pour la promotion des fourmis et là je rencontre mon éditeur japonais GIANI, c'est un italien installé au japon qui s'est associé à un éditeur japonais pour monter une maison independante.
Je rencontre aussi mon traducteur monsieur TOKATA, (rien à voir avec Bach).
Monsieur TOKATA est considéré comme le spécialiste de la littérature française au Japon. Je discute avec lui et je m'aperçois qu'il ne parle pas français. Nous discutons donc en anglais. Pour un traducteur de français-japonais cela me semble un peu surprenant mais... bon.
Je lui demande comment se fait il qu'il soit connecté à ce point à la littérature française.
Il me dit que c'est parce qu'il a rencontré Jean Paul Sartre à Tokyo.
- Ah? Dis je et vous lui avez parlé ? (je n'ose demander "en quelle langue"?)
- Oui, me répondit il il, cherchait un taxi pour rentrer dans son hotel et j'ai appelé un taxi et je suis rentré avec lui. Mais comme il ne parlait pas anglais et que je ne parlais pas français nous avons juste fait le chemin ensemble et nous nous sommes souris. Il m'a semblé que nous nous sommes compris. Après j'ai lu toutes ses oeuvres et j'ai été invité systématiquement dans toutes les émissions de télévision japonaise sur la littérature française.
"Ah songeais je à nouveau. Donc mon traducteur ne parle pas français et finalement n'a rien dit à Jean Paul sartre ils se sont juste souris..."
Mr Tokata me demande ensuite est ce que j'apprécie le grand poète français Arthur Rimbaud.
Je suis surpris et lui répond que oui, enfin j'ai appris cela à l'école.
Il me dit que cela tombe bien avec un air complice.
Puis il me dit qu'il m'invite à manger chez lui et me demande qu'elle est ma nourriture préférée, car justement il compte me faire ce plat pour le diner.
- Hé bien lui dis je moi ce que je préfère c'est la nourriture japonaise. A Paris, je mange pratiquement tous les jours des sushis c'est mon plat préféré.
Aussitôt monsieur Tokata affiche un air contrit.
- Les quoi?
- Hé bien les sushis... vous voyez de quoi il s'agit demandais je avec le maximum de détachement que peut avoir un Gai jin (étranger barbare en terre sacrée)
- Des... su... shis?
- Vous n'en mangez pas?
- Hé bien non. Disons plutôt que nous en mangeons au restaurant ou pour les mariages ou pour les naissances. C'est assez rare.
- Alors vous avez prévu quoi pour ce diner?
- Hé bien un steak frite.
Je garde mon sourire.
- On nous a signalé que tous les français adoraient les steak frites!!!!
- Ecoutez je dois être une exception mais je suis plutôt végétarien, je ne mange tout au plus que du poisson ou du fromage. Le dernier steak frite que j'ai avalé... hum.... cela devait être il y quatre ou cinq ans.
Son visage se décompose.
- Pas de problème dans ce cas nous allons vous faire des... sushis, dit il.
Entre temps je retrouve mon éditeur Giani et lui demande comment se fait il que mon traducteur ne parle pas français...
- Hé bien m'avoue t il c'est un peu compliqué.
Voilà... Monsieur Tokata est considéré comme "le" grand spécialiste de la littérature française, mais en effet il ne parle pas français.
- Ok....
- Donc j'avais son nom mais il était incapable de faire le travail. Alors j'ai cherché quelqu'un qui parle français et j'ai trouvé monsieur Takashi qui lui est fils de l'ambassadeur du japon en suisse, il est parfaitement francophone mais il n'est pas écrivain.
- Zut.
- Mais par chance, sa femme, Yin Mi, qui est chinoise est écrivaine.
- Ouf
- Donc Takashi a lu les fourmis, l'a traduit oralement à Yin mi qui l'a écrit et cela a donné le manuscrit. Cependant Monsieur Tokata trouvait injuste que son nom soit sur la couverture en tant que traducteur alors qu'il n'avait strictement rien fait sur le projet. Donc, par pure conscience professionnelle et par amour de la culture française, il a pris une initiative personnelle, il s'est dit que cela pourrait être l'occasion de faire découvrir un autre grand écrivain français: Arthur Rimbaud. Il a donc intercalé des poésies de Rimbaud au milieu de ton texte sur les fourmis...
- Beaucoup de poésies?
- Disons une page sur trois.
- Ah quand même. Donc un tiers du livre?...
- Le problème c'est qu'une fois que Tokata a mis ses poèsies de Rimbaud au milieu de ton texte... hé bien... mes éditeurs associés japonais qui ont relu le texte l'ont trouvé très mauvais car incompréhensible.
- Je m'en doute.
- Et donc ils ont donc renoncé a publier les fourmis au japon.
- Continue, dis je en crispant légèrement la machoire.
- Bon ensuite le temps a passé et puis un jour un de mes éditeurs associés a discuté avec sa femme de ménage coréenne qui lui parlait de son plaisir à lire le roman les fourmis. Il lui a dit que c'était un livre incompréhensible et que pour leur part ils avaient préféré renoncer à publié quelque chose d'aussi ésotérique. Alors elle a raconté oralement l'histoire des fourmis. L'éditeur japonais a dit "mais c'est une histoire passionnante. Cela ne ressemble pas du tout au texte que m'a remis Tokata". Alors ils ont mené l'enquête ils ont découvert la présence de Takashi et de sa femme Yin mi. Et ils lui ont demandé de retrouver le manuscrit original avant l'intervention de monsieur Tokata. Par chance Yin mi avait encore dans sa poubelle, une version brouillon écrite au crayon à papier. Et là happy end, tu vois Bernard, nous avons donc ressorti cette version et nous l'avons donc publié tel quel. Nous avons cependant laissé le nom de monsieur Tokata, qui donc n'a rien fait sur le projet, mais qui est considéré ici comme "le" spécialiste de la littérature française et le grand ami de Jean Paul Sartre...
- Ah?.... dis je, tout en pensant "c'est quoi ce bordel?"
Je déglutis et me retiens d'exprimer ma pensée sachant qu'au japon mieux vaut ne pas montrer ses émotions.
Bon, le soir donc je dine chez Tokata .
Enfin la femme de Tokata nous amène timidement un plateau de sushis.
Le grand spécialiste m'explique :
- Hé bien nous avons du acheter des couteaux spéciaux pour le sushis (je crois cela a une valeur autour de 2 000 euros) et ma femme a acheté un livre pour apprendre à les préparer car il y a un angle précis pour couper la fibre du poisson et si on ne trouve pas cet angle et bien c'est difficile à manger.
Je n'ose dire que je crois savoir qu'il y a des écoles de sushi man ou ils étudient pendant plusieurs années avant de préparer ce plat.
Je goute les sushis. Les enfants de la famille sont étonnés car ils n'en avaient jamais vu à la maison. Nous mangeons. Du moins nous tentons de manger, car madame TOkata n'a pas trouvé l'angle précis pour couper les fibres du poisson. Je mache longuement. Puis recrache discrètement dans ma serviette la boule impossible à avaler. Les enfants font pareil.
La femme perd complètement la face et va pleurer dans la cuisine.
Tokata pour sa part affiche un énorme sourire, signifiant que tout cela n'est pas grave la situation est sous contrôle.
- Vous mangez quoi d'habitude? demandais je pour faire diversion.
- Hé bien des pizzas, ou du poulet avec des pattes, signale t il en buvant de la bière pour essayer de faire passer la poule de poisson maché qu'il a lui même coincée dans le gosier.
- Ah donc vous mangez en fait ... un peu comme nous?
- Oui dit il en éclatant d'un rire forcé qui est sensé me faire oublier la disparition soudaine de sa femme.
Avant de partir Monsieur Tokata me prend le bras.
- Je crois que Giani vous a renseigné sur l'histoire du manuscrit mais il faut que vous sachiez me dit il, j'ai combattu jusqu'au bout pour mettre le plus possible de poésies d'Arthur Rimbaud dans votre texte, afin que le public japonais découvre les deux auteurs simultanément, vous et lui. Evidement les éditeurs m'ont demandé d'en enlever, mais au dernier moment juste avant que cela ne parte à l'impression (il me fait un clin d'oeil complice) j'ai quand même pu en rajouter plusieurs. Cela vous fait plaisir non?

Histoires vécues

home

Sortie le 26 septembre 2022
 

Tous les livres...
Thèmes
Agenda
7 au 9 octobre 2022 - Mouans-Sartoux
Rencontre et dédicaces

10 octobre 2022 - Paris
"Voyages intérieurs" au théâtre de la Gaieté Montparnasse à 20h30
Réservations


11 octobre 2022 - Paris
Rencontre et dédicaces à la Librairie Lamartine.
Inscription obligatoire, infos ici


Tout l'album photo...

Vidéos

2022

2021

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

2013

2012

2011

2010

2009

2008

2007