Voyage vers une autre vie

Votre expérience de voyage intérieur vers vos autres vies pendant le spectacle interactif ou avec le Facebook live...
Envoyer
 tri:  plus récents | meilleurespubliés: 204
envoyé par: Mlove

Hier soir Aix les Bains, j ai ouvert la porte 26 en ayant émis le vœu de rencontrer ma vie la plus artistique.
Je me suis retrouvée ds la peau d une très belle femme aux cheveux blonds porteuse d une couronne de fleurs et d étoiles, vêtue d une robe vaporeuse et irisée . J étais dans une clairière au bord d un lac. Cela sentait la mousse et embaumait le parfum des mille fleurs qui s y trouvaient ainsi que de majestueux arbres. J y dansais au son d une musique qui émanait de la nature et je m y sentais en harmonie avec totale avec la nature. J étais seule et heureuse.



envoyé par: Marc LP

Voyage du 16/01/2023 au théâtre de la Gaité Montparnasse.

Ce voyage commence par un escalier un peu plus long qu’annoncé…

Les marches s’égrainent au son de votre voix, les notes de harpe coulent doucement à mes oreilles, et, arrivé à la fatidique dixième marche, la porte annoncée n’est pas là.

A sa place, l’escalier semble plonger plus profondément. Je n’en distingue pas la fin.
Il me faut descendre encore.
Plus bas, je découvre une porte en bois épais, renforcée de ferrures anciennes. La serrure est simple mais massive. La clef pour l’ouvrir est tout aussi simple et produit un cliquetis rassurant en tournant.
Cette porte ne connaît pas de poignée et elle s’ouvre sans difficulté en poussant dessus.

Derrière, s’ouvre un couloir long et chaleureux.
Le sol est recouvert de moquette et les portes sont nombreuses. Intérieurement je formule le vœux de visiter la vie dans laquelle j’ai pu pleinement m’accomplir. La vie dans laquelle j’ai pu soulever le voile du mystère et toucher du doigt la raison de ma présence sur cette Terre. La vie dans laquelle j’étais à ma place.

Finalement, plutôt que de me déplacer vers une porte, j’ai la sensation et la surprise de la voir venir à moi. Le couloir et les portes défilent à une vitesse folle et sur ma droite s’arrête la porte 117. Elle émet une lumière diffuse agréable. Cette porte n’a pas plus de poignée que la première et la pousser est facile et naturel.

Passé de l’autre côté, je me découvre une peau épaisse et légèrement ridée, comme tannée par le sel et le soleil. Cette peau a vécu, elle est plus patinée qu’usée et le temps l’a transformé sans la fragiliser. Des poils blancs, longs et fins recouvrent les avant-bras, le dos des mains et même les premières phalanges de ce corps qui semble m’accueillir. Je me sens plus vieux mais aussi dans la force de l’âge, emprunt d’une grande plénitude.

Mes pieds et mes mollets sont nus, je ne porte rien d’autre qu’un tissu blanc sur les épaules et qui descends jusqu’à mes genoux. Je sens le vent s’engouffrer dessous et son contact sur mon épiderme est très agréable. Il ne fait pas froid, il ne fait pas chaud. Je suis au sommet d’une petite falaise surplombant la mer. Le soleil bas sur cette horizon marin m’évoque l’automne en Méditerranée. Mes pieds sont au contact d’un sol légèrement rocailleux, et le vent joue à lever une poussière qui file à ras de terre. Les aspérités de ce sol devrait m’être inconfortable mais il n’en est rien. Je suis en accord avec mon environnement.

Il n’y a personne autour de moi et pourtant je sens que l’on aime venir échanger avec moi, que mes paroles savent guider ceux qui viennent me voir, que je les aide à accoucher de leur pensée, à démêler le fil de leurs vies…
Plus que tout, j’aime transmettre et tenter d’élever les esprits.

Tout à coup, changement de décors.
Je me retrouve dans la pièce de vie d’une maison simple. Ma femme et mes enfants m’entourent. Je sens leur amour et le bonheur que leur présence insuffle en moi. J’ai la sensation que je ne manque de rien. Les jarres sont pleines, le repas s’annonce rassérénant. Je sais distinguer ce qui est essentiel et ce qui n’est que chimère. Je suis à ma place.

Je ramènerai de ce Voyage Intérieur une poignée de cailloux et la sensation qu’un jour je retrouverai cette sérénité.

Merci Bernard Werber d’avoir été le guide touristique de ce beau voyage. Merci, à travers vos livres, de promener nos âmes dans tous vos univers.



envoyé par: Kro

Bonjour, et merci de ces voyages. C'est très intéressant de sonder notre inconscient et notre imagination. J'ai répertorié ces voyages, je vous en fait part puisque que vous en êtes l'instigateur !

Tourisme spirituel
Samedi soir, 23 janvier 2023, Aix les bains.

Premier voyage :
C'est un souvenir d'enfance, très joyeux.
Je me retrouve avec ma sœur Anne dans le hall desservant un escalier, une salle de bains et une cuisine dans la maison de famille dans mon village d'enfance. Nous étions en train de jouer et nous rigolions aux éclats. Je ris tellement que je tombe et m'ébrèche les deux incisives du haut. Ni le nez, ni le menton ne touchent le sol, seules ces deux dents entrent en contact avec le carrelage. La douleur est violente et juste une trace de poudre d'email reste sur le carrelage de ce choc. Je dis à cette jeune enfant, qui est moi ! : "Ne t'inquiète pas la vie est faite de polarité, une joie amène une misère et l'inverse aussi. La vie est faite ainsi."

Deuxième voyage :
Je me détache de mon corps et perce le plafond du théâtre et me retrouve dans le ciel d'Aix les bains. Mon vol continue jusqu'au environ de la stratosphère et en me déplaçant à une vitesse vertigineuse, je survole les Antilles puis l'île de la Réunion et Madagascar pour enfin me retrouver vers la nouvelle Zélande. Je redescends et me retrouve au dessus d'une île en forme de banane, un volcan est entouré de forêts luxuriante. Mon vol se termine au pied d'un trou de hobbit. Je pousse la porte ronde et marche à travers une large pièce. Au bout j'aperçois une baie vitrée donnant dans la forêt. Dans le couloir face à moi, se trouve un bureau ancien et au bois sombre. Je m'assois dans le fauteuil confortablement et ouvre le tiroir de gauche. Je prends le carnet de cuir et l'ouvre sur 2 pages blanches. A gauche, un message : "Cours, ris, vole et prends bien soin de toi". A droite, je réponds : "Je serais prudente....ou pas !" sans crayons juste avec la pensée ! Je referme le carnet et le range. J'ouvre le tiroir de droite et en sors un petit coffre de bois sculpté et actionne le petit loquet. Dans son écrin de velours rouge, mon objet totem resplendit. Ce sont mes initiales CP travaillé dans un cristal vert en forme de tétraèdre avec une base cylindrique pour tenir dans la paume d'une main. Je le prends délicatement et l'approche de mon cœur. Un bien être extraordinaire et une folle espérance de vie m'envahit...après un court instant, je dois repartir. Je ferme les tiroirs et reprends mon vol pour revenir à Aix les bains en passant au dessus du lac, en traversant le plafond pour revenir dans le théâtre.

Troisième voyage :
Dans mon inconscient, je me retrouve devant un escalier que je descends rapidement mais une voix me guidant me dit de descendre la première marche. Je remonte pour entamer la descente plus calmement au son d'une harpe et d'un saxophone. J'arrive enfin devant une porte dont j'ai la clé dans ma main. J'ouvre mais la voix me dit qu'il est possible qu'elle ne s'ouvre pas. Je me fige en me demandant si la clé a tourné sans forcer !!! Je ne m'attarde pas sur ce fait et entre dans un couloir bordé de portes tellement long que je ne vois pas la fin. La première porte que je vois est numérotée 312. Et il faut que j'aille jusqu'à la porte n'°60 ! Pour aller à la rencontre d'un moment antérieur de ma vie. Je me pose la question de savoir d'où vient mon attrait pour les pierres et les plantes...Je pousse la porte et me retrouve dans un brouillard très épais. Je regarde mes mains, elles sont blanches, rugueuses, qui ont l'air d'avoir beaucoup servis mais propres. Mes pieds sont nus sur un chemin de terre et je porte une tunique pour seul vêtement. Je suis un homme d'un certain âge avec une barbe grisonnante. Le brouillard dissipé, je longe un village dans les bois où des enfants jouent et des adultes sont affairés. Les petites maisons sont toutes simples et faites de pierre et de bois. Je me dirige vers une falaise à l'orée du bois. L'homme s'approche d'un rocher plus grand que moi et m'explique que les vibrations telluriques sont le moyen de communication avec les indiens de l'autre côté de l'océan. Les messages sont la fumée des plantes...Je suis dans un grand étonnement et il faut déjà que je reparte sans pouvoir demander plus. Comme objet de souvenir, je ramène une rune avec un symbole gravé, une flèche qui indique le bas, que je dépose soigneusement sur le pas de la porte que je referme. Traverse le long couloir, referme la porte, mets la clé dans ma poche et remonte les escaliers.

Quatrième voyage :
A ma rencontre d'un moment de ma vie future. Je me retrouve sous un gigantesque arbre dont les branches assombrissent l'endroit. J'aperçois quelqu'un vers le pied de l'arbre et vais à sa rencontre tranquillement. Je ne distingue pas bien ses vêtements et quand la personne se retourne, je me retrouve face à une personne très âgée avec des cheveux mi courts blanc. Lorsque seulement je vois ses yeux verts, je me rends compte que c'est moi...en plus vieille. Les rides sont profondes, rieuse et heureuses. Je lui demande si elle a réussi sa vie et me répond : "oui tu as rencontré l'homme de ta vie et il vit encore avec moi aujourd'hui." Je suis impatiente et lui demande si je peux le voir, elle répond : " non car c'est une surprise dans ta vie". Je lui demande donc comment j'ai réussi ma vie et elle me dit que j'ai guéri beaucoup de gens autour de moi....puis je lui demande quoi d'autre est réussi dans ma vie et me dit : " ton fils est très heureux, il a trois enfants et est très fier de t'avoir comme maman". Très heureuse de ces mots, je dois déjà repartir. Sur le chemin, je me retourne et fais un signe a cette vielle dame à côté d'un homme que je ne peux pas distinguer.
Et je me pose la question de savoir comment je guéri les autres....
J’ai l’impression que ce moi futur est ma vie de maintenant et que je n’aurais pas d’autres vies avec cette âme ; Le numéro 312 sur la dernière porte du couloir du 3ème voyage est déjà bien élevé pour en vivre d’autres !



envoyé par: Sassou

J'ai demandé à voir la vie où j'ai été la plus moi même indépendante et non influençable. J'ai rencontré derrière la porte 10 une guerrière amazone, légèrement bronzée, brune, sur un cheval avec un grand arc porté à gauche. L'esprit semblait assez grégaire, archaïque mais déterminé. Je suis revenue avec l'arc :)
Il y avait un Z dans le prénom. Merci pour ce voyage



  
home