Vos autres vies

Et si vous aviez déjà vécu d'autres vies... Dans quelles régions du monde et à quelles époques vous voyez-vous avoir vécu...?

Envoyer
 tri:  plus récents | meilleurspubliés: 27
envoyé par: MARIE

Bonsoir ...je découvre (avec bonheur et intérêt) votre site, après avoir écouté votre histoire ...

oui, j'ai le sentiment d'avoir au moins conscience de deux vies antérieures (depuis peu) et qui expliquent des défis que j' ai eu et ai encore à surmonter (et des choix de vie)

1)religieuse , ''mère supérieure" d'une communauté, ayant fait ''voeux'' de pauvreté, chasteté .... ect .....

2)dans un harem, vivant dans des tentes au milieu du désert ....( mariage avec un syrien, goût pour certaines musiques ....que je ne pouvais m'expliquer!!)



envoyé par: PIOF

Bonjour,

j'ai participé en mai et en juin à la soirée aux Trois Baudets.

en mai, la personne "que j'ai rencontrée" semblait se rendre compte de mon passage, pas aussi clairement qu'une présence physique cela dit. Mais la sensation d'une présence oui. Il s'agissait d'une femme avec la peau noire, pas bien grande. La terre était rouge, elle était à l'intérieur de chez elle, sur le point de sortir. les maisons étaient des constructions un peu placées au hasard, en bois. Je devais cuisiner le soir et servir. C'est ce que je me donnais comme "objectif", un repas mémorable. Je devais cuisiner pour les membres de mon village, en sachant bien que parmi eux figurait celui qui m'a violée, et qui a violé sa fille. Mais aussi, je savais que tout le monde le savait. Et ça faisait remonter une certaine colère. Les mauvaises langues s'attendaient déjà à ce que je cuisine mal, ou que je donne mal au ventre au minimum, voire que j'empoisonne. C'était cette tension forte qui rendait le repas mémorable je crois. Mais je me souviens aussi que ma connaissance ne permettait pas ce genre de visée. Je me souviens d'un collier rudimentaire. le nom de la personne, quelque chose comme Bolo, Molo, MBolo. et je ne sais pas où ni quand, mais je pensais à l'Australie il y a très longtemps.

en juin, je me souviens d'un garçon d'une quinzaine d'année max, guillaume rombier. il s'agissait d'une recherche sur l'objectif "quand j'avais de bonnes dents" car je ne savais pas quoi chercher "en mémoire". Je crois que j'étais en France, il y a longtemps. il y avait des carioles en bois avec des chevaux ou des boeufs plus loin dans la rue, en terre. ça sentait la merde et c'était humide. J'avais des bottes rafistolées, pas très solides, pas du tout étanches, mais au moins je ne marchais pas pied nu. J'étais dans la rue. nerveux, sur le qui vive mais pas malheureux.

j'aimerais vraiment rencontrer un(e) médium afin de voir des choses ou de comprendre etc. J'ai parlé (très peu) avec Bernard Werber à propos du mot laissé par mon subconscient dans la page de droite, un truc qu'il n'avait jamais entendu encore lors de ces séances, il m'a conseillé de ne pas le prendre au premier degré. ET c'est vrai qu'au second degré, mais sans y collé d'humour non plus, et bien ça passe, le message semble plus clair.



envoyé par: Lyän

Une femme orientale , il y a 400 ans.



envoyé par: Stéphanie M

J'ai toujours été intéressée par ce genre de chose et j'ai enfin osé essayer l'expérience il y a quelques semaines.
La veille, en y pensant, j'ai eu une sorte de flash. Une image m'est apparue soudainement et furtivement (depuis toute petite, des images m'apparaissent parfois ainsi sans que je réussisse à comprendre leur origine). Le jour du rendez-vous avec ma magnétiseuse -celle qui allait m'aider à explorer ce nouveau monde- je lui ai parlé de ma peur d'imaginer plutôt que de "vivre" réellement l'expérience....Elle m'a bien vite rassurée en me certifiant que je sentirais la différence.
et, en effet,...
Après un temps de relaxation intense, d'entrée en "hypnose", elle m'a guidée vers un ascenseur. Il y avait six boutons. Le sixième était dégradé : je ne "devais" pas l'utiliser. C'était flagrant.
J'ai choisi le cinquième étage et j'ai clairement ressenti ce qu'on ressent lorsqu'on monte rapidement grâce à un ascenseur. Lorsque les portes se sont ouvertes, il y avait un brouillard blanc opaque , bienveillant et un ciel bleu tout aussi agréable... Je n'osais pas avancer car j'étais tellement certaine de faire fonctionner mon imagination débordante. J'attendais que le brouillard entre dans l'ascenseur, en fait. Ma magnétiseuse m'a incitée à avancer...et je me suis lancée.
Je me suis retrouvée, effectivement, dans cette même rue en noir et blanc que j'avais vu la veille. Une carte postale ancienne et sordide, assez angoissante. et là, tout s'est animé. et même un peu plus.
Moi, dans une ruelle sombre probablement éclairée par la lune, des maisons très anciennes, insalubres, une rue de terre humide, et des pauvres gens, sales, grossiers qui me dépassaient en me regardant méchamment. Une grosse femme aux cheveux sales qui portaient une longue robe raccommodée (type maison dans la prairie). j'ai ressenti immédiatement une angoisse, une tristesse profonde. Je "savais" que j'étais un homme "bourgeois" et que ces gens me haïssaient et ça me rendait triste . Les gens avaient envie de me cracher dessus mais ils ne le faisaient pas. Ma magnétiseuse me posait des questions pour me guider et mieux comprendre cette vie. Je savais que j'étais important. Tous me regardaient comme si j'étais un "méchant", un "ennemi" (maréchaussée ? fonctionnaires des impôts ?) mais je savais au fond de moi que je ne l'étais pas. Que j'étais profondément bon.
J'ai pleuré. J'ai déversé, dans ma réalité, la profonde tristesse que je ressentais dans cette vie-là.
Je me suis retourné(e) pour me diriger vers mon domicile et je me suis retrouvé(e) dans une rue pavée, propre, éclairé par des réverbères de style ancien. J'ai monté quelques marches d'un petit perron pour me retrouver devant la porte à heurtoir de ma belle demeure. C'était limpide, je "savais", que j'étais chez moi. une bonne en robe noire, tablier blanc, coiffe blanche, m'a ouvert, m'a souri avec bienveillance et a pris ma redingote grise. J'ai ressenti sa gentillesse, sa compassion et sa dévotion. Je suis entrée/entré dans la salle à manger et j'ai observé. quelques meubles nobles, des objets de décoration comme une pendulette à poser...et une lumière diffuse et chaleureuse. Un intérieur bourgeois d'homme célibataire.
Mon ressenti : C'est chez moi, ma bonne m'apprécie, je suis quelqu'un de profondément gentil mais je suis seul. SEUL ! Là, je comprends tout tout-à-coup : je suis rentier. Je suis écrivain. Je ne suis pas lu. Personne n'apprécie ce que j'écris car je dénonce l'injustice, la pauvreté, l'insalubrité, les différences, ...Et personne n'aime ce que j'écris. Même dans les bas quartiers, lorsque je vais observer pour faire une peinture plus juste de la société, les pauvres hères ne comprennent pas et me détestent car ils pensent certainement que je suis un de ces bourgeois qui viennent s'amuser à observer la fange pour repartir, ravis, dans leur petit cocon douillet.
Toute cette vérité m'apparaît soudainement en même temps que le poids des émotions : je suis un monsieur plutôt grand, très mince, aux cheveux grisonnants, avec une barbichette grise. Je suis plutôt habillé "classe pour l'époque", redingote grise, chapeau haut de forme et j'ai le visage émacié qui affiche clairement mon désarroi, mon impuissance malgré mon intelligence et mon argent. Je suis un écrivain raté, je ne suis pas lu, pas apprécié, laissé seul. Je ressens que je rate cette vie. Que tout l'argent et le temps que j'ai pour pouvoir dénoncer, montrer du doigt, essayer d'améliorer les choses ne sert à rien.
Lorsque je souhaite sortir de ma maison, je me retrouve dans ma rue pavée bordée de jolies petites maisons propres claires. Il fait jour, il fait beau. Je marche en observant tout ce qui m'entoure. Les gens passent, me dépassent, me regardent mais, même si aucune animosité, cette fois, ne les animent, personne ne me salue, personne ne me connait tout simplement. Je vois, un peu plus loin, une petite boutique attirante. Je sens que c'est important, agréable, chaleureux....
Mais j'ai souhaité arrêter-là l'expérience...Trop d'émotions. trop lourd à porter pour une première fois...

J'ai repris le cours de ma vie...En réfléchissant, beaucoup. En comprenant certains choix, certains traits de mon caractère, certaines habitudes, certaines réactions que j'ai depuis l'enfance.

J'adore lire Maupassant, Zola. Les petites peintures de ces petites vies anodines qu'on ne prend pas le temps de regarder. J'aime les crayons, stylos, les carnets. L'écrit est très important pour moi (même si je ne suis pas écrivain) Je ne peux pas m'empêcher d'essayer de défendre mais si je n'en ai pas la force ni les capacités. J'ai toujours été attirée par cette époque-là, les dames en longues robes à faux-cul, les salons d'artistes, les écrivains autour d'un piano...Mon choix de métier, j'aime l'idée d'aider les gens à avoir confiance en eux. J'aide les enfants à montrer le meilleur d'eux même, à être fiers d'eux-même. et surtout, j'inculque dès le plus jeune âge, à respecter l'autre, à aider l'autre, à ne pas se moquer, à être tolérant, ... Je me sens plus utile ainsi.

Dans deux jours, je retourne chez ma magnétiseuse. Je vais vivre à nouveau cette expérience. Je ne sais pas si j'ai hâte ou si j'appréhende. C'est assez ambiguë dans mon coeur et dans ma tête. J'ai la sensation que j'ai déjà découvert le plus important.
Peut-être, vais-je, à nouveau, décrire une nouvelle expérience dans quelques semaines, après l'avoir bien étudiée.

Merci à toi, C.... ........



envoyé par: GDom

Quand j'étais jeune (16 ans) j'ai fait un rêve : j'étais dans le pavillon où je vivais et j'étais avec ma soeur ainée. Seulement ce n'était pas la même époque. Je regardais par la fenêtre de la porte d'entrée et j'ai vu un grand cygne noir foncer sur moi. Puis des soldats ( deux prussiens ?) sont entrés. Je me rappelle qu'un a voulu toucher ma soeur et comme je la "défendais" il a pointé un pistolet sur ma tempe gauche et a tiré. Je me suis réveillé avec un fort mal de tête.....
Une semaine plus tard, ma soeur (qui était mariée et vivait donc ailleurs) est venu manger avec notre mère et moi. Elle a raconté avoir fait le même rêve mais bien sûr avec sa propre vision. Donc elle voyait le soldat tirer sur moi. Elle s'était réveillé juste avant qu'il ne l'abuse. Ma mère a qui j'avais raconté ce cauchemar et moi avons été très étonnée et surtout "chamboulées". On a déduit ma soeur et moi qu'on avait vécu déjà ensemble une vie précédente....



envoyé par: Alexis

Bonjour,
Différentes techniques et expériences mon permit d’accéder à mes vies antérieurs et à d’autres perceptions… l’hypnose, l’EMDR et la respiration holotropique.
Vers 24 ans j’ai perçus la lumière du moins le sentiment qu’il y avait autre chose. Mon parcours de vie et mes lectures (entre autres, vos livres) m’emmenèrent sur des chemins bien inattendus.
Grace à l’EMDR je revis ma naissance, ce qui fut fondamental pour moi, juste avant la naissance de ma petite fille. Puis lors d’une autre séance je me vois prêtre dans un camp d’extermination pendant la seconde guerre mondiale… du côté des bourreaux. Perception terrible mais qui me permet aussi de « poser » ce fardeau.
Et à 44 ans je découvre la respiration holotropique et là … le voyage commence.
Je me suis vu, senti, pierre. J’étais une pierre. J’étais minéral… j’ai traversé le stade végétal et le stade animal jusqu’au moment où je me suis retrouvé Homme. J’étais en face de moi. Moi sous ma forme de premier Homme. Mais le lien était coupé et je comprends que je dois renouer avec les rituels ancestraux (là, en mime, je me mets à pétrir de la terre). La magie opère… Nos corps, nos esprits se fondent l’un dans l’autre et si à 24 ans j’ai perçus la lumière je me retrouve à ce moment sous une cascade de lumière, d’énergie. Je le sens physiquement !!
Et le voyage continu à travers l’espace et le cosmos je me suis sentis Titan en suspension dans l’espace tenant des planètes dans la main…
Voyage où l’infiniment grand se mélange à l’infiniment petit, où le temps n’a plus de prise.
Voyage à la rencontre de ce qui est de l’ordre du divin, où les âmes sous formes de filaments de lumières sont perceptibles…
Voila, il y a ma vie de tout les jours et il aussi tout ça !!!!!
Merci LA VIE …



envoyé par: Coco de Québec

Bonjour! Il y a 1 heure, je terminais la fascinante lecture de ''La boite de Pandore''. Mon 1er Werber...et donc mon dernier, lol!!! J'ai adoré! Il y a 3 ans, j'ai fait une séance d'hypnose régressive. Des paysages aux couleurs intenses, un être de lumière m'a invitée à aller dans un couloir avec des portes de chaque coté. On m'a demandé de choisir une porte et de l'ouvrir si je le voulais mais c'est la porte qui m'a choisie. Elle était toute dorée et je ''savais'' que c'était la bonne. À l'intérieur, comme une petite chapelle sans mur de fond qui donnait sur l'extérieur avec arbres, végétations, ciel bleu, etc. J'ai été attirer à regarder vers la droite où j'ai vu le tunnel et sa vibrante lumière. J'aperçois à l'avant un homme dont la tête n'est que lumière et je sais que c'est mon père décédé en 89. Il pointe sa main vers la gauche où j'y aperçois ma grand-mère paternelle décédée en 60 assise, avec à ses cotés, debout, mon oncle Auguste ,tête lumineuse, décédé en 55. On se prend dans nos bras tous les 4, imbibés de l'Amour inconditionnel ( je pleure, je pleure). Ensuite je m'éloigne un peu. J'aperçois dans le bas, dans la pénombre, un être écrasé par terre, le cou tout croche...Je la reconnais : c'est ma cousine qui s'est suicidée par pendaison à l'âge de 15 ans en 1979. J'en conclu rapidement qu'elle n'a pas pu rejoindre la Lumière depuis toutes ces années. Je demande à ma coach si c'est possible de l'aider et je vois un être de Lumière qui la soulève et s'envole avec elle. Je suis folle de joie. Je demande à ma coach si je peux demander de faire la même chose pour le fils d'une compagne de travail qui s'est également suicidé récemment. Je l'appelle par son nom : Émile-Olivier est là et avec un être de Lumière , il s'élève. Puis je sors et suis à nouveau dans le couloir.Il y a un tunnel vertical au-dessus de moi et j'y suis aspirée.Je me retrouve dans un très grande plaine que je reconnais avoir vu en rêve ( j'écris mes rêves depuis 50 ans). Lorsque je le mentionna à ma coach, elle est surprise. Je lui dis qu'il y a une tour à droite avec des escaliers extérieurs (comme dans ce rêve) Puis dans la plaine, je suis devant un être tout blanc. Je lui demande son nom qu'il écris en blanc et doré qui flote devant moi : DATHAN . Il me touche la main gauche et une lumière verte y circule jusqu'à mon coeur. Puis je me retrouve dans une caverne où y est installé comme un immense ordi (?) cerclé de verre, du sol au plafond. Il y a homme qui y travaille qui est MOI et je sais que c'est un atlante qui était guérisseur.
Voilà comment se termine cette régression. Mais j'ai déjà fait un rêve où j'étais un soldat japonais durant la dernière guerre. J'ai également suivi l'évolution d'âme de mon père dcd en 89, de 1991 à 2001 via des rêves hebdomadaires jusqu'à ce qu'il m'informe qu'il devait partir ailleurs. Je l'ai revu plus récemment alors qu'il est venu me présenter ma future petite fille alors qu'il portait tous les 2 des vêtements du même tissu. Je m'arrête là...sinon j'en aurais encore beaucoup à écrire....comme, via la voyance, la rencontre de mes jumelles 5 ans AVANT leurs naissances! Merci!



envoyé par: anonyme

Bonjour il est vrai que ce type de connaissances m'attire fortement. Je n'ai pas d'indication précise sur mes propres vies. Toutefois j'ai eu le bonheur immense (et le mot est faible) de voyager hors de mon corps. Dans l'espace infini et cela est magnifique. La certitude de la perfection de l'univers sa beauté et sa lumière infinie. Le sentiment d'être une particule vibrante du tout. Cela la première fois m'est arrivé par surprise et j'étais si bien. À ma place. Calme et bonheur infinis. La seconde fois je parvenais à faire des aller retour entre la bas et ici c'est à dire dans mon corps et sa matière. J'ai aussi une une expérience de #reve éveillé # je ne sais comment le nommer autrement, au cours duquel j'ai vu d'anciennes décédées revenir. D'autres pour lesquelles je pressentais qu'elles n'avaient plus leur place.... J'ai accepté ces visions.



envoyé par: Mel.

Bonjour,

Après avoir terminé la lecture de l'Empire des Anges, j'ai eu aussi envie de m'intéresser à mes éventuelles vies antérieures. Pour un peu plus de contexte, après un semestre particulièrement studieux dans un cursus exigeant pour devenir bio-ingénieure et plus tard neuroscientifique, je me suis posée la question si la très forte ambition qui m'a poussé à négliger tous les autres aspects de ma vie (couple, passions, ..) pendant des mois au profit de mes études ne me poussait finalement pas dans la mauvaise direction.
J'ai pu atteindre l'état d'hypnose grâce à une vidéo youtube dédiée à ce thème et je me suis vue scientifique grec à Alexandrie. J'avais une toge et une longue barbe et je prenais part à des discussions animées dans un genre d’amphithéâtre avec d'autres barbus affairés. Je crois avoir découvert quelque chose d'important et avoir été haï pour cela. Je suis mort sous les coups de plusieurs soldats romains à cause de ma découverte et au moment de ma mort, un très grand nombre de questions m'ont assailli. J'avais l'impression d'avoir bien trop négligé les autres aspects de ma vie. Je n'avais pas de famille, pas d'amour, je mourais seul et je m'étais battu pour quelque chose qui, au moment de la mort me paraissait vain et dénué de sens.

Même si cette histoire est le fruit de mon imagination, je crois tout de même en son utilité car elle peut être interprétée comme une métaphore ou une parabole.

Merci infiniment pour tous ces apports spirituel que vous ne manquez pas d'apporter à vos oeuvres! Ils arrivent pour moi au moment où j'avais grandement besoin d'adoucir un esprit devenu trop cartésien.



envoyé par: claude_les@msn.com

Alors que j'avais environ 23 ans j'étais très curieuse de tout ce qui touchait à l'éveil spirituel tout en étant terre à terre car la plupart du temps en survie; trop triste, presque toujours en dépression, en mal de vivre profond, avec la nette impression que c'était dû à autre chose que mon passé: mon enfance tout de même difficile, je sentais que mon mal prenait source dans bien plus que ma vie actuelle. Je voyais ça disproportionné, illogique j'avais un sentiment de traumatisme bien plus grand que ma conscience me l'expliquait puis je me sentais nulle de ressentir ça alors que d'autres étaient violées, battues, torturées...C'est comme si je souffrais sans fondement, c'était très dur sur mon estime. Ce que je ressentais était de la souffrance et détresse psychologique extrème, une sentiment que j'étais tombée ni dans la bonne vie, ni la bonne époque aussi. Les rares personnes à qui je l'ai dit me prenait pour une originale ou en quête d'attention.
Un jour j'ai rencontré une femme qui faisait des rebirth thérapeutiques. Peut être que cela allait m'aider elle m'a reçue et on a commencé: J'ai parlé de ma souffrance de mon incompréhension et de la certitude que ça me collait à la peau et que je n'y pouvait rien.

Respirations profondes, encens, chuchotement de prières de sa part et me voilà partie...
1 ere : j'avais 6 mois mon père partait avec moi sans avoir avisé ma mère absente (une femme me gardait) et je criais à plein poumon et sans qu'on m'etende: Noooooonn, maman n'est pas là on peut pas partir, je pleurais toutes les larmes de mon corps, et je répétais sans cesse: nooooon maman n'est pas au courant. Maman n'est pas là(d'ailleurs elle m'a cherchée pendant 12 ans puis m'a retrouvée )

une autre séance semaine suivante:
j'avais environ 12 ans en train de mourir dans une fosse commune en camp de concentration, en allemagne j'y avais été jetée pas tout à fait morte ni tout à fait inconsciente, mes vêtement me brûlaient la peau dû à la putréfaction des corps m'entourant, et je mourait en répétant:" Enfin je meurs, la vie c'est l'enfer". Les sensations de tristesses profondes et de brûlures étaient tellement réelles je me frottait les bras en remontant à ma conscience actuelle et mes larmes coulaient encore, les quelques rare fois où je l'ai raconté de vives voix j'ai pleuré chaque fois, c'est comme un souvenir avec toutes les sensations et les émotions.

3 ieme séance:
sur une colline entourée de plein de gens qui pleuraient avec moi un homme qui venait d'être crucifié, ç'avait été mon amoureux, le grand amour de ma vie qui mourait devant mes yeux c'était une tragédie, ma thérapeute croyait après mon récit que c'était Jésus mais je reste très sceptique et si c'était lui je ne le voyais pas comme un Dieu ou son fils unique ou quelque chose comme ça mais plutôt comme l'être le plus merveilleux et important de ma vie, avec la certitude qu'il m'avait sauvée la vie, qu'avant sa rencontre j'étais une paria, et que il m'avait aimée moi alors que personne ne m'avait aimée avant...Un homme très évolué et pourvu d'un charisme et d'amour réellement immense pour tous. Pas étonnant que j'en sois amoureuse.

4 ieme
completement mystique: rencontre d'âme à âme avec une entité qui voulait me rassurer me dire que tout allait bien aller...QU'il était là pour moi...Grande sensation de lumière et amour les deux en un. Câlin de lumières oui je sais c'est dingue mais c'est ça.

voilà je me suis arrêtée là car mon mal de vivre avait beaucoup diminué, mais je donnerais cher pour retrouver cette femme et refaire d'autre régressions, mais j'ai oublié son nom. Je lance une bouteille à la mer avec un courriel valide on peut m'écrire.



envoyé par: la rousse

Je sais grâce aux rêves avoir été une sorcière au Moyen-Âge. Je me suis retrouvée emprisonnée avec une amie qui étrangement à fait le même rêve. J'ai ainsi eu la certitude que les âmes sont liées et se retrouvent dans d'autres temps.
Je suis profondément peinée de ne pouvoir assister à la conférence du 18 février et espère sincèrement qu'il y en aura d'autres.
Merci à ce grand homme de nous faire voyager autant. Chaque livre est dévoré de plaisir.



envoyé par: anonyme

Bonjour, en 1976, j'ai pris des cours d'allemand à temps plein en Bavière langue totalement nouvelle en tant que québécois. Au bout d'un mois, je me suis mis à rêver en allemand et après deux mois, je me débrouilais tellement bien que chez mon employeur Siemens, on disait que j'etais un "génie des langues". Ce n'est que beaucoup plus tard, ayant étudié la spiritualité hawaïenne (HUNA, que j'enseigne) et interrogé mon subconscient à l'aide du pendule, que j'ai découvert que j'avais vécu une vie antérieure en Autriche, entre 1750 et 1800 où on parle l'allemand. Depuis, lorsque je rencontre une personne qui me semble familière, je m'amuse à chercher si nous nous sommes déjà connus, où, quand et quelle était notre relation...Il y a beaucoup de monde dans notre groupe d'âmes! Par contre, je ne tient pas particulièrement à revivre des événements traumatisants par la régression en autohypnose. Bravo M. Werber pour votre livre, très bien documenté, crédible et fascinant à lire! Jean-Pierre des Châtelets (jeanpierremana@outlook.com)



envoyé par: chris2768

Hasard ou pas ? bonjour Bernard si tu passes par la..et ses lecteurs
mon papa s appelle Jean Rene..et le héros rene..le heros son pere souffre d Alzeihmer et s appelle Emile ?..mon papa son pere s appellait aussi Emile..qui souffrait aussi d Alzheimer..

Curieux n est ce pas ?..
dans ce livre apparait ensuite un Christian..et je m appelle Christian..
J ai accompagné mon papa dans sa fin de vie recente..a l hopital une fille..chanteuse benevole qui s appelle Aurore. lui a offert dans ses derniers jours un cd fait par elle....le titre du cd ? allez vous allez avoir du mal a le croire il s appelle Pandorre..le titre de la premiere chanson de ce cd ?...vies anterieure..
ma soeur qui n a jamais achete de BW a achete ce livre pour son fils apres etre tombe dessus par hasard sur un site en ligne...j ajouterais que d abord il a eu le cd...ensuite il est parti le 14 decembre..et je vous dis pas la surprise quand j ai vu le titre du livre de cette annee..et son contenu..
d autant que je me sens heuuuu...tres ancien atlante..voila mon papa de la ou il est sera content de ce que j ecris..nous sommes tous deux de tres fideles lecteurs depuis le premier livre les fourmis...et ton livre etait chaque annee l occasion de lui faire un chouette cadeau...tu as marque nos vies et ton livre est la plus belle dédicace que sans le savoir tu lui a fait..merci Bernard et bravo pour tes livres qui me guide et je ne crois pas que ce ne soit qu un hasard que ce que tu ecris m inteteresse autant...vivement le prochain dont j ai hate de connaitre le contenu..



envoyé par: anonyme

On me dit l'Italie entre 1500 et 1600 du temps des Cathares



envoyé par: Zouzouille

Bonjour,
en grande consommatrice de livre de Bernard Werber depuis mon enfance, cela fait des années que l'hypnose regressive m'intéresse et que je souhaite la pratiquer.
Suite à l'achat de La boite de Pandore, je ne pouvais plus tenir, il fallait que j'essaye !
N'ayant pas d'hypnotiseur sous la main, j'ai donc essayer de le faire seule. Et bizarrement, j'ai réussi. Je ne sais si tout cela est réel, mais il y a des éléments assez troublant, des choses que je ne pouvais pas inventer et qui s'avèrent vraies. C'est avec plaisir que je le partage avec vous :

La première chose que je vois, c'est le paysage qui m'entoure. De grandes collines verdoyantes, quelques montagnes au loin, le ciel couvert d'un duvet blanc, la brise légère, ni froide ni chaude. L'air est moite. Je remarque que j'ai les pieds dans une sorte de boue, alors je concentre ma vision non plus sur l'horizon, mais sur les choses qui m'entourent et je vois que je ne suis pas seul. Autour de moi, beaucoup de femmes, certaines dans des tenues un peu "indiennes" avec un voile autour de la tête. Parmis elles, j'aperçois une femme que je ressens comme ma mère. Elle a le visage marqué et fermé, elle ne me donne pas envie de lui parler.
Moi je dois avoir une dizaine d'année, je suis maigre, la peau cuivrée, les cheveux lisses et bruns, les yeux noirs. Je porte simplement un pantalon ample qui s'arrête mi-genoux. Je dessine de sortir de la boue et me dirige sur la terre ferme. Là, une femme me tend une "cargaison" de ce qu'ils semblent cultiver. Du riz peut-être? Je n'en suis pas sur, mais le lieu ressemble fortement à une rizière. Je l'amène vers une charette où un homme m'attends pour le prendre.
Puis là ça fait comme une avancée dans le temps.
Je me retrouve plus agé dans une sorte de maison en bambou ou en bois léger. Les meubles sont fait dans la même matière ainsi qu'un miroir vers lequel je me dirige. Je me regarde. Toujours la peau cuivrée, peut-être un peu plus. Mes cheveux bruns sont plus long, mes yeux sont légèrement bridés, j'ai une sorte de duvet au dessus de la lèvre supérieur. Je porte un t-shirt léger bleu pale et un pantalon large et confortable marron. Je me concentre pour savoir quel age je pourrais avoir ou comment je m'appelle. La première réponse arrive. J'ai apparement 32 ans. Par contre impossible de me souvenir de mon prénom. D'autres informations me viennent : je suis pêcheur, j'aime jouer d'un instrument, une sorte de petite guitare arrondie (je n'ai pas encore cherché quelle sorte d'instrument ça pourrait être) et j'ai une famille. Je cherche donc cette famille dans la maison, je visite les chambres, je n'y vois que des lits posés à même le sol complètement vides. Je ressens une certaine panique en moi. J'ouvre la porte d'entrée et j'aperçois ce qu'il semble être ma famille. Je descend un escalier (la maison est apparement sur pilotis) et les rejoins. Le sol semble être en terre battu.
Je vois en premier une petite fille qui me saute dans les bras, un prénom me viens : "Anoushka". Elle doit avoir 5 ans, elle a les cheveux noirs et lisses, des petites couettes, de jolies yeux bien bridés et de bonnes joues rouges soulignées par un grand sourire. Je me sens très proche d'elle. Peut-être est-ce ma fille ou ma soeur. Je continue mon chemin et je vois un jeune garçon d'une dizaine d'année,cheveux courts et bruns également, avec les yeux encore plus bridé que la petite mais la peau plus claire. Lui aussi me souris à pleine dent et je lui rend la pareille en lui carressant affectueusement les cheveux. Fils ou frère?
Juste à côté, une femme qui semble avoir mon âge. Elle a des formes, de bonnes joues rouges comme Anoushka, les yeux bien bridés comme le petit et les cheveux long, lisses coiffés en deux nattes encadrant son visage poupon. Elle me souris également et je lui rend. Femme ou soeur? Je n'arrive pas à savoir. Un peu plus loin, je revois la femme qui travaillait dans les rizières. Elle a toujours le visage fermé, sévère et ne m'adresse ni une parole ni un sourire. Je ressens un peu d'animosité envers elle.
Puis s'enchaine un enchainement de scènes où je suis avec Anoushka : je rigole avec elle, je lui montre des poissons, je lui joue de la musique, je la prend dans les bras. Je me sens vraiment très proche d'elle.

Voilà, ma séance c'est arrêté sur cet enchainement de scènes.

Après tout ça, j'ai recherché dans quel lieu tout cela à pu se passer et je pense que c'est en Birmanie. Pays que je ne connaissait que de nom et pourtant le paysage est le même, les maisons sont les mêmes, les tenues, la météo. Je crois même avoir trouvé la région : Ayeyarwady. C'est une région avec beaucoups de pecheurs et de riziere.
C'est un pays avec beaucoup de diversité vu que c'est un pays frontalié à beaucoup d'autres. C'est pour cela que j'ai remarqué que certains avec le yeux plus bridés que d'autres. Pour moi, ma mère était indienne (car pas très bridé puis elle portait une tenue typiquement indienne) et je pense que mon père était plus thailandais d'où mon teint un peu plus cuivré et mes yeux un peu plus marqué. Celle que j'analyse comme ma femme avait clairement des origines asiatiques marquées.

Voilà.
J'étais un pécheur de Birmanie un peu mélomane dans une ancienne vie.

Merci d'avoir tout lu, et même si je ne peux être sur de tout ça, c'était tellement intense, tellement réel, tellement cohérent...
Je vous souhaite de vivre la même chose !



envoyé par: tsering lhamo

Bonjour, depuis toujours, j'ai l'impression d'avoir vécu la fin d'une grande civilisation. Je me vois entourée de personnes et je prie avec elles pour supporter la catastrophe à venir. Un jour j'ai lu un livre sur l'histoire de la Lémurie (Mu), grande civilisation plus ancienne que l'Atlandide, et j'ai pleuré toutes les larmes de mon âme avec la sensation que c'était l'histoire de mon peuple. Y aurait-il parmi vous d'autres Lémuriens ?
Je suis dans cette vie professeur de Yoga et j'ai parfois l'impression de revivre ce moment en Lémurie lorsque je guide des séances de méditation. Depuis très jeune, je sens qu'il faut se préparer spirituellement à changer de monde et à l'époque je passais un peu pour une allumée mais maintenant que nous sommes si proche de la catastrophe planétaire, j'ai l'impression que la boucle est bouclée. Nous devons enfin (re)devenir des humains adultes et responsables de notre belle planète. Merci Mr Werber pour tout ce que vous avez écrit !



envoyé par: Pauline

Je n'ai pas encore osé l'hypnose pour les vies antérieures. À la lecture de la Boîte de Pandore, deux "problématiques" se posaient à moi : comment bien formuler ma demande pour ne pas revivre un traumatisme ou événement déplaisant et comment descendre l'escalier sachant qu'à chaque fois qu'on me demande d'en visualiser un je me vois en bas d'un escalier. Or, j'ai trouvé les réponses hier soir à la Baule lors de la conférence spectacle de M. Werber. Spectacle passionnant et merveilleux par ailleurs. Lors des suggestions faites à une personne du public montée sur scène, des images me sont apparues. Tout d'abord, un escalier "en terrasses" et tournant. Puis, j'ai vu le nombre 137. Ensuite, l'image d'un homme en face de moi, nous mettons les paumes de nos mains face à face. Je ressens tellement d'amour et de chaleur. Je vois des rubans autour de nos mains, c'est notre union. Je suis seins nus avec un long collier et je porte un pagne. Le dernier mot qui me vient est "Nubie"...



envoyé par: Danika

Bonjour,
J'ai, un jour régressé dans mes vie antérieures et au départ:
1) Je voulais connaître la relation sexuelle du point de vue d'un homme.
Année 1212
Lieu: Une cabane dans la forêt en Amérique du nord, possiblement Canada
J'étais un Amérindien, vêtu de cuir brut, très musclé et un coureur invétéré. Je vous épargne les détails de la suite...

2) Je voulais savoir ce que mon ex mari dans cette vie-ci était pour moi dans d'autres vies.
Ça s'est passé au 18e siècle, j'étais de nationalité Asiatique, j'avais 4 ans mon ex-époux était mon père adoptif à l'époque. Sa charmante épouse et lui semblaient très bien nantis, nos habits étaient superbes. Ma mère portait ombrelle de dentelle. Un jour de mai 1760, nous faisions une promenade sur le bord d'un magnifique lac en Autriche, à la demande de mon père nous sommes allés dans une grande barque sur le lac et c'est au milieu du lac que mon père m'a noyé en tenant me tête enfoncée sous l'eau. Mes yeux rivés sur son regard à travers l'eau claire du lac, je suis morte ainsi.

Grâce à l'auto-hypnose, je voyage à l'infinie. Moi, je prends l' ascenseur et je choisi l'étage qui m'emmènera à la destination voulue.



envoyé par: jac

Bonjour après avoir regardé votre entrevue hier en me couchant j'ai tenté d'ouvrir une porte. Je me suis souvenue qu'on m'avait déjà dit qu'une de mes vies était dans un ranch et que j'avais perdu mon 3e enfant par accident. Alors hier j'ai fait l'exercice d'aller dans ce corridor sans vraiment réfléchir, je me suis vue dans une grande prairie avec des montagnes et la seule pensée qui m'habitait était "Pardonne-toi". Est-ce que je me suis sentie responsable de la mort de mon enfant? Est-ce que je porte toujours cette culpabilité?



envoyé par: grimpereau

Je n'ai pas vu d'autres vies mais j'ai fait deux fois de la décorporalisation . C'est vraiment fantastique.
La boîte de Pandore donne envie de renouveler l'expérience et d'aller plus loin dans la recherche.
Merci