Vos autres vies

Et si vous aviez déjà vécu d’autres vies… Dans quelles régions du monde et à quelles époques vous voyez-vous avoir vécu...?

Envoyer
 tri:  plus récents | meilleurspubliés: 13
envoyé par: Zouzouille

Bonjour,
en grande consommatrice de livre de Bernard Werber depuis mon enfance, cela fait des années que l'hypnose regressive m'intéresse et que je souhaite la pratiquer.
Suite à l'achat de La boite de Pandore, je ne pouvais plus tenir, il fallait que j'essaye !
N'ayant pas d'hypnotiseur sous la main, j'ai donc essayer de le faire seule. Et bizarrement, j'ai réussi. Je ne sais si tout cela est réel, mais il y a des éléments assez troublant, des choses que je ne pouvais pas inventer et qui s'avèrent vraies. C'est avec plaisir que je le partage avec vous :

La première chose que je vois, c'est le paysage qui m'entoure. De grandes collines verdoyantes, quelques montagnes au loin, le ciel couvert d'un duvet blanc, la brise légère, ni froide ni chaude. L'air est moite. Je remarque que j'ai les pieds dans une sorte de boue, alors je concentre ma vision non plus sur l'horizon, mais sur les choses qui m'entourent et je vois que je ne suis pas seul. Autour de moi, beaucoup de femmes, certaines dans des tenues un peu "indiennes" avec un voile autour de la tête. Parmis elles, j'aperçois une femme que je ressens comme ma mère. Elle a le visage marqué et fermé, elle ne me donne pas envie de lui parler.
Moi je dois avoir une dizaine d'année, je suis maigre, la peau cuivrée, les cheveux lisses et bruns, les yeux noirs. Je porte simplement un pantalon ample qui s'arrête mi-genoux. Je dessine de sortir de la boue et me dirige sur la terre ferme. Là, une femme me tend une "cargaison" de ce qu'ils semblent cultiver. Du riz peut-être? Je n'en suis pas sur, mais le lieu ressemble fortement à une rizière. Je l'amène vers une charette où un homme m'attends pour le prendre.
Puis là ça fait comme une avancée dans le temps.
Je me retrouve plus agé dans une sorte de maison en bambou ou en bois léger. Les meubles sont fait dans la même matière ainsi qu'un miroir vers lequel je me dirige. Je me regarde. Toujours la peau cuivrée, peut-être un peu plus. Mes cheveux bruns sont plus long, mes yeux sont légèrement bridés, j'ai une sorte de duvet au dessus de la lèvre supérieur. Je porte un t-shirt léger bleu pale et un pantalon large et confortable marron. Je me concentre pour savoir quel age je pourrais avoir ou comment je m'appelle. La première réponse arrive. J'ai apparement 32 ans. Par contre impossible de me souvenir de mon prénom. D'autres informations me viennent : je suis pêcheur, j'aime jouer d'un instrument, une sorte de petite guitare arrondie (je n'ai pas encore cherché quelle sorte d'instrument ça pourrait être) et j'ai une famille. Je cherche donc cette famille dans la maison, je visite les chambres, je n'y vois que des lits posés à même le sol complètement vides. Je ressens une certaine panique en moi. J'ouvre la porte d'entrée et j'aperçois ce qu'il semble être ma famille. Je descend un escalier (la maison est apparement sur pilotis) et les rejoins. Le sol semble être en terre battu.
Je vois en premier une petite fille qui me saute dans les bras, un prénom me viens : "Anoushka". Elle doit avoir 5 ans, elle a les cheveux noirs et lisses, des petites couettes, de jolies yeux bien bridés et de bonnes joues rouges soulignées par un grand sourire. Je me sens très proche d'elle. Peut-être est-ce ma fille ou ma soeur. Je continue mon chemin et je vois un jeune garçon d'une dizaine d'année,cheveux courts et bruns également, avec les yeux encore plus bridé que la petite mais la peau plus claire. Lui aussi me souris à pleine dent et je lui rend la pareille en lui carressant affectueusement les cheveux. Fils ou frère?
Juste à côté, une femme qui semble avoir mon âge. Elle a des formes, de bonnes joues rouges comme Anoushka, les yeux bien bridés comme le petit et les cheveux long, lisses coiffés en deux nattes encadrant son visage poupon. Elle me souris également et je lui rend. Femme ou soeur? Je n'arrive pas à savoir. Un peu plus loin, je revois la femme qui travaillait dans les rizières. Elle a toujours le visage fermé, sévère et ne m'adresse ni une parole ni un sourire. Je ressens un peu d'animosité envers elle.
Puis s'enchaine un enchainement de scènes où je suis avec Anoushka : je rigole avec elle, je lui montre des poissons, je lui joue de la musique, je la prend dans les bras. Je me sens vraiment très proche d'elle.

Voilà, ma séance c'est arrêté sur cet enchainement de scènes.

Après tout ça, j'ai recherché dans quel lieu tout cela à pu se passer et je pense que c'est en Birmanie. Pays que je ne connaissait que de nom et pourtant le paysage est le même, les maisons sont les mêmes, les tenues, la météo. Je crois même avoir trouvé la région : Ayeyarwady. C'est une région avec beaucoups de pecheurs et de riziere.
C'est un pays avec beaucoup de diversité vu que c'est un pays frontalié à beaucoup d'autres. C'est pour cela que j'ai remarqué que certains avec le yeux plus bridés que d'autres. Pour moi, ma mère était indienne (car pas très bridé puis elle portait une tenue typiquement indienne) et je pense que mon père était plus thailandais d'où mon teint un peu plus cuivré et mes yeux un peu plus marqué. Celle que j'analyse comme ma femme avait clairement des origines asiatiques marquées.

Voilà.
J'étais un pécheur de Birmanie un peu mélomane dans une ancienne vie.

Merci d'avoir tout lu, et même si je ne peux être sur de tout ça, c'était tellement intense, tellement réel, tellement cohérent...
Je vous souhaite de vivre la même chose !



envoyé par: tsering lhamo

Bonjour, depuis toujours, j'ai l'impression d'avoir vécu la fin d'une grande civilisation. Je me vois entourée de personnes et je prie avec elles pour supporter la catastrophe à venir. Un jour j'ai lu un livre sur l'histoire de la Lémurie (Mu), grande civilisation plus ancienne que l'Atlandide, et j'ai pleuré toutes les larmes de mon âme avec la sensation que c'était l'histoire de mon peuple. Y aurait-il parmi vous d'autres Lémuriens ?
Je suis dans cette vie professeur de Yoga et j'ai parfois l'impression de revivre ce moment en Lémurie lorsque je guide des séances de méditation. Depuis très jeune, je sens qu'il faut se préparer spirituellement à changer de monde et à l'époque je passais un peu pour une allumée mais maintenant que nous sommes si proche de la catastrophe planétaire, j'ai l'impression que la boucle est bouclée. Nous devons enfin (re)devenir des humains adultes et responsables de notre belle planète. Merci Mr Werber pour tout ce que vous avez écrit !



envoyé par: Pauline

Je n'ai pas encore osé l'hypnose pour les vies antérieures. À la lecture de la Boîte de Pandore, deux "problématiques" se posaient à moi : comment bien formuler ma demande pour ne pas revivre un traumatisme ou événement déplaisant et comment descendre l'escalier sachant qu'à chaque fois qu'on me demande d'en visualiser un je me vois en bas d'un escalier. Or, j'ai trouvé les réponses hier soir à la Baule lors de la conférence spectacle de M. Werber. Spectacle passionnant et merveilleux par ailleurs. Lors des suggestions faites à une personne du public montée sur scène, des images me sont apparues. Tout d'abord, un escalier "en terrasses" et tournant. Puis, j'ai vu le nombre 137. Ensuite, l'image d'un homme en face de moi, nous mettons les paumes de nos mains face à face. Je ressens tellement d'amour et de chaleur. Je vois des rubans autour de nos mains, c'est notre union. Je suis seins nus avec un long collier et je porte un pagne. Le dernier mot qui me vient est "Nubie"...



envoyé par: Danika

Bonjour,
J'ai, un jour régressé dans mes vie antérieures et au départ:
1) Je voulais connaître la relation sexuelle du point de vue d'un homme.
Année 1212
Lieu: Une cabane dans la forêt en Amérique du nord, possiblement Canada
J'étais un Amérindien, vêtu de cuir brut, très musclé et un coureur invétéré. Je vous épargne les détails de la suite...

2) Je voulais savoir ce que mon ex mari dans cette vie-ci était pour moi dans d'autres vies.
Ça s'est passé au 18e siècle, j'étais de nationalité Asiatique, j'avais 4 ans mon ex-époux était mon père adoptif à l'époque. Sa charmante épouse et lui semblaient très bien nantis, nos habits étaient superbes. Ma mère portait ombrelle de dentelle. Un jour de mai 1760, nous faisions une promenade sur le bord d'un magnifique lac en Autriche, à la demande de mon père nous sommes allés dans une grande barque sur le lac et c'est au milieu du lac que mon père m'a noyé en tenant me tête enfoncée sous l'eau. Mes yeux rivés sur son regard à travers l'eau claire du lac, je suis morte ainsi.

Grâce à l'auto-hypnose, je voyage à l'infinie. Moi, je prends l' ascenseur et je choisi l'étage qui m'emmènera à la destination voulue.



envoyé par: jac

Bonjour après avoir regardé votre entrevue hier en me couchant j'ai tenté d'ouvrir une porte. Je me suis souvenue qu'on m'avait déjà dit qu'une de mes vies était dans un ranch et que j'avais perdu mon 3e enfant par accident. Alors hier j'ai fait l'exercice d'aller dans ce corridor sans vraiment réfléchir, je me suis vue dans une grande prairie avec des montagnes et la seule pensée qui m'habitait était "Pardonne-toi". Est-ce que je me suis sentie responsable de la mort de mon enfant? Est-ce que je porte toujours cette culpabilité?



envoyé par: grimpereau

Je n'ai pas vu d'autres vies mais j'ai fait deux fois de la décorporalisation . C'est vraiment fantastique.
La boîte de Pandore donne envie de renouveler l'expérience et d'aller plus loin dans la recherche.
Merci



envoyé par: sandra33660

Bonjour,
Je vous fait une confession, j'envie les personnes qui se souviennent de leur rêves car moi j'ai beau tout essayé je ne me souvient de rien
du fait je ne sais pas si j'ai vécu d'autres vies
Je l'avoue c'est frustrant
Peut être que quelqu'un aurait une idée ou un conseil
J'aimerais tellement savoir de quoi on l'air mes rêves
Pourtant je dors bien



envoyé par: William

C'est lors d'une séance d'hypnose que l'une des portes s'est ouverte...
"Je perçois alors quelques personnes affairées autour de moi, il faut faire vite, cacher cette femme étrangère car elle détient de précieuses informations. Nous sommes un petit groupe de jeunes hommes à l'époque de la seconde guerre, je suis un jeune français d'à peu près 17 ans.Je découvrirais plus tard que je me prénomme Raphael. Soudain, nous entendons des pas dans la rue, je sors pour jeter un oeil, mon coeur bat la chamade, des hommes arrivent, ce sont eux ! La Milice de Vichy ...
Pas le temps de rentrer prévenir mes camarades que je suis attrapé, roué de coup et jeté dans un panier à salade. Nous ne serons que deux à en réchapper. Plus tard je serai "interrogé" et périrai sous la torture...

Cet épisode qui pourrait paraître traumatisant, mais m'a révélé bien des choses sur ma vie d'aujourd'hui. J'ai peut être une piste sur des maux de têtes soudains (et médicalement inexpliqués) qui ont duré jusqu'à mes 17 ans environs... âge où, sans aucun motif de mode ou de saison j'ai commencé à porter des bêrets, chapeaux années 40 délaissant les casquettes classiques... Aujourd'hui bien commodes pour cacher ma calvitie :P
J'ai toujours aimé le prénom Raphael l'associant à l'héroïsme sans savoir pourquoi, mais encore, j'ai une période favorite de l'histoire de France, qui est... la seconde guerre.
Ce ne sont que des détails me direz vous, des coïncidences même...mais n'est ce pas de cela que notre monde est fait? Des détails peut être fabriqués de toutes pièces par un Inconscient fécond, ou Mémoires résiduelles d'une autre incarnation, j'ai mon avis, mon expérience, ma vérité. L'histoire ne s'arrête pas là mais elle devient personnelle, elle traite de pourquoi et par qui nous avons été "balancés" ce jour là, et de " qui" est cette personne dans ma vie présente... De l'évolution positive de notre relation après cette expérience et bien d'autres détails.

La boîte de Pandore traite à merveille de tout cela, un roman qui est une porte à lui tout seul...
J'ai vécu bien d'autres expériences plus ou moins intéressantes par la régression sous hypnose et je vous invite à être curieux. Ne serait pas amusant d'imaginer qu'en vérité nous ne cessons jamais d'expérimenter, et que si rien est jamais acquis dans la vie, rien est jamais perdu dans l'existence !



envoyé par: pauline

Bonjour, j'ai parlé en fanfare à Mouans Sartoux lors de votre rencontre.
Je ne me suis pas présentée donc me voilà, Pauline Coupé, 24 ans, dans ces phrases.
Le soir, avant de m'endormir, ou au petit matin, quand je suis à peine réveillée je suis dans d'autre corps, et vis des expériences qui n'ont rien à voir avec mon quotidien.

Psychiquement, je suis différente, et le sais depuis 5 ans. J'ai des symptômes, mais malgré les médicaments que je prends (ce n'est pas de la benzopaïne , mais de l'aripiprazole 7.5 mg ; donc pas d'effets sur mes rêves) je conserve ces expériences.
J'en ai trois : un viol, être emmurée vivante dans un pays aride, mourir d'une balle dans le dos en temps de guerre, après avoir vu un père perdre son fils. Je n'arrive pas à sortir de ces soit disant rêves tant que je n'ai pas vécu ce qu'il y avait à vivre.

N'ayant voyagé qu'en Italie, j'ai ressenti et compris dans mon corps ce que c'était de vivre hors de mon petit train train d'européenne. Je sais ce qu'est la peur concrète de mourir, je l'oublie parfois car je suis bien trop sérieuse, m'angoisse de petites choses et ne m'amuse pas assez !
Les gens m'agacent plus facilement aussi : ils ne voit pas la beauté. Ils m'agacent à tel point que je n'ai pas pris la peine de les ménager, en témoignant comme je l'ai fait.

Pour la plupart, le livre que vous avez écrit attise la curiosité comme un conte sans plus. Moi, ça m'a fait du bien : je ne suis pas la seule à avoir ces impressions, belles mais terribles.
Les expériences de vie que j'ai eu ne sont pas toutes profitables.
JE TIENS A DIRE que la vie n'est pas un capital qu'on investit comme un marchand, parfois on la rate (j'ai pu le vivre dans ces rêves) et bien : vivons ce qu'il y de beau à vivre, le reste est vain.






envoyé par: anonyme

Bonjour. Quelques éléments me laissent penser qu'il y a eu des choses avant. Je m'étonnais petite, qu'on me parle au féminin. ... J'avais une peur panique des avions de chasse, et j'étais terrorisée de passer sur un pont. Je pense être morte dans des bombardements...noyée, guillotinée.... Je pense avoir été quelqu'un de très laid très pauvre, rejetée. Je pense avoir été amérindienne, le lien à la nature me touche profondément.
Mon empathie me laisse penser que j'ai connu la souffrance...
J'ai longtemps cru que l'adulte était un état de perfection à atteindre ; d'ailleurs mon père était parfait, jusqu'à ce jour où il a refusé une priorité et qu'on s'est pris une bagnole...
Je me sens multiple, variable...pas à ma place...etc....



envoyé par: Sev

Bonjour, j'ai récemment pris connaissance de qqune de mes vies antérieurs. Je n'ai pas cherché à savoir de mon plein grès, c'est juste arriver comme ca sous forme d'image, ou de sensations physiques. Ces révélations m'ont fait prendre conscience de certains schéma dans ma vie actuelle.
Donc ... Pythie je suis à l'intérieur d'un cercle vêtue d'un habit blanc, mes mains et mes yeux sont levés vers le ciel, je parle, qq hommes ayant un habit religieux sont assis à une table autour de moi en arc de cercle et il note ce que je suis en train de dire. Grèce il semblerait
Puis ... Je vois ma main porté un bol (en terre??) et comme avec un pilon je vois que je suis en train de broyer certaine plantes, je suis ds un espace naturel très préservé. Homme ou femme médecin ?
Puis, je me vois retranscrire les expériences de mon maitre, je suis un homme et j'admire cet autre homme que je trouve malgré tout sévère et un peu fou. Le laboratoire a des fioles très tordus, je n'en ai jamais vu de telle. Ce doit être dans un pays arabe au temps de la découverte de la distillation. Je dirai Constantine. Et l'homme en question est quelqu' un que je connais dans cette vie, un de mes enseignants. Belle retrouvaille karmique...
Puis ...je ne sais pas si cette vie m'appartient ou du au lieu dans le quel je me trouvais mais, religieuse nommé Claire, où je soigne des malades dans un dispensaire à Paris. Il semblerait qu'on est trainé cette femme au sol, elle crit "ne les laisse pas m'enfermez", puis séquestrez on la torture en lui enfonçant un couteau dans le vagin, on lui serre très fort le cou, et il semblerait qu'on lui couse les paupières afin qu'elle ne puissent plus ouvrir les yeux.....
Puis, je sens du feu qui approche de mon cœur, un bucher? pour claire peut être ?

Merci de m'avoir permis à travers vos livre à pousser les limites de ma conscience. You know ...



envoyé par: anonyme

Dans une autre vie , au moyen age, je vivais déjà en Lorraine et j'étais une petite paysanne. La vie était rythmée par le travail aux champs, la garde des vaches, la traite des vaches et les veillées. Ah les veillées que du bonheur. A l'époque on ne lisait pas. D'ailleurs qui savait lire à part les curés et les riches!Lors de ces soirées on écoutait de belles histoires qui nous parlaient du passé, de la vie et surtout des contrées lointaines. Le début des voyages...



envoyé par: anonyme

En Belgique sûrement