Vos rêves

Racontez vos rêves les plus récents, les plus originaux, les plus détaillés, les plus beaux ou bien les plus horribles...
Racontez votre rêve
 tri:  plus récents | meilleurspubliés: 549
envoyé par: Annastasia

Bonjour,

J'ai terminé, il y a quelques jours," le sixième sommeil " et j'ai trouvé ce concept de créer une page pour partager nos rêves, génial. Aujourd'hui, je vais raconter le rêve qui m'a poussé à acheter ce livre.

Dans ce rêve, je me souviens être allée dans le passé mais je n’ai pas souvenir de ce qu’il s’y est passé puisque qu’a mon avis c’était 20 ans en arrière ors je venais de naitre il y a 20 ans.

Par contre, je me souviens m’être retrouvée dans un train avec à côté de moi un homme maltraitant ces deux petits frères qui étaient effrayés. Je ne pouvais rien faire, j’étais seulement spectatrice de la scène. L’homme les attrapait par le cou pour les déplacer. Tout cela me paraissait tellement violent, je ne comprenais pas pourquoi il agissait ainsi.

Une fois l’homme parti, je suis allée voir les enfants pour les rassurer et j’ai parlé avec la petite amie de l’homme par la même occasion. Celle-ci me disait ne pas savoir quoi faire, elle était terrifiée. À ce moment, la, l’homme revenu me proposa de manger en face de lui dans le train. Sur la tablette, se trouvait un tas de papier, par mégarde, l'homme renversa un verre d'eau sur les papiers. Je vis alors du coin de l’œil un papier portant mon nom et prénom, je me décidai alors à la prendre et vie inscrit : « Mon nom et prénom 2019 ordre de ….. » Je me suis sentie soudainement très angoissé à l'idée que l'on apprenne que je vennais du futur. Dans ma tête à ce moment, la, j'étais persuadé être encore dans le passé. La question de connaître l'année dans laquelle je me trouvais me vient à l'esprit. J'ai alors demandé à l'homme, en quelle année, on était. Il me répondit qu'on était en 2039. De la, tout est allée très vite, je suis descendu du train avec l'aide de cette famille rencontré auparavant et je suis partie en direction de chez moi. Arrivé en face de la grande porte de la cours de mon immeuble, je me suis figée et lentement, je, me suis approchée d'un groupe de personne. J'étais accompagné d'une fille aux cheveux bleu qui semblait vivre ici aussi.

J'ai réalisé que l'immeuble entier appartenant désormais à ma famille et ils semblaient tous très heureux. Je me suis dirigée vers ma mère, et en la regardant, j'ai seulement réussis à lui dire "je t'aime maman". Elle m'a regardé et au lieu de se dire que j'avais 20 ans de moins , elle m'a sourit et m'a dit "tiens, t'avais pas le même pull tout à l'heure, attend je vais aller te le chercher".
Je devais absolument ne pas croiser mon moi du futur. J'ai commencé à courir vers la sortie, toujours accompagné de la fille aux cheveux bleu qui elle avait aperçu son elle du futur. On a commencé à courir, courir et la, je me suis réveillée en me disant "la vache"..
Voilà voilà :)
Quelques jours plus tard, je me suis retrouvée à lire le résumé du " sixième sommeil".



envoyé par: Fanny

Bonjour, je rêve souvent de lieux qui reviennent fréquemment et dans lesquels je me promène comme si je les connaissais depuis toujours. je connais leurs ruelles, leurs ambiances. J'y exerce le même métier que dans ma vie, j'y ai des collègues que je retrouves...c'est extrêmement curieux; Il ne se passe rien de forcément extravagant, simplement je vis...une autre vie dans une autre ville la nuit….Il y a deux îles différentes, l'une chaude et exotique (type Polynésie), l'autre beaucoup plus houleuse, ventée (type saint-Pierre et Miquelon) et deux gros bourgs, différents l'un de l'autre aussi...je peux presque choisir le soir en me couchant où je souhaite aller…. Est ce que cela évoque quelque chose pour vous dont j'ai bien sûr lu "Le sixième sommeil"?



envoyé par: Fanny

Bonjour, je rêve souvent de lieux qui reviennent fréquemment et dans lesquels je me promène comme si je les connaissais depuis toujours. je connais leurs ruelles, leurs ambiances. J'y exerce le même métier que dans ma vie, j'y ai des collègues que je retrouves...c'est extrêmement curieux; Il ne se passe rien de forcément extravagant, simplement je vis...une autre vie dans une autre ville la nuit….Il y a deux îles différentes, l'une chaude et exotique (type Polynésie), l'autre beaucoup plus houleuse, ventée (type saint-Pierre et Miquelon) et deux gros bourgs, différents l'un de l'autre aussi...je peux presque choisir le soir en me couchant où je souhaite aller…. Est ce que cela évoque quelque chose pour vous dont j'ai bien sûr lu "Le sixième sommeil"?



envoyé par: carole

Bonjour,

Je rêve que je suis sur les remparts d'un château. Je dois m'enfuir pour aider quelqu'un. Je regarde en bas : c'est très haut. Là une petite voix me dit : "vas-y, saute, tu rêves, tu ne risques rien". "Ah bon, dans ce cas...". Je saute et en effet, je vais bien.



envoyé par: CHANTALOU

Bonjour,
ce n est pas un rêve c est une NDE sans que s en soit une car ON est venu me chercher dans ma maison il y a 30ans , pour me faire vivre une expérience extraordinaire de vie dans l au delà pour ne pas dire Paradis , je n ai pas eu de problème cardiaque , j ai écouté les témoignages , et cela ressemble a ce que j ai vécu , je n ai pas vu ni entendu d expérience similaire a la mienne , si cela vous intéresse d écouter mon aventure, voici mon numéro 0688918649
merci pour vos livres que j aime particulièrement
Chantal M



envoyé par: Claire

Bonjour, j'ai tendance à bien me souvenir de mes rêves. C'est pourquoi je les trace dans un cahier. Je fais souvent bien rire mes collègues au travail car parfois c'est assez original. Les deux plus drôles assez récents sont : j'ai aidé des marmottes à faire dérailler un métro et je me suis enfuie avec mes enfants pour échapper à la police suite à cet attentat. (à ce moment là je lisais un livre sur les vampires et ils attaquaient les metros, quant aux marmottes, merci les annonces de france 3 😉😂). Le deuxième, je voulais empêcher ma famille qui souhaitait manger un SDF à la plancha au milieu de la table 😌🙄😁...peut-être un jour j'en ferai un livre



envoyé par: fantasio85000

Bonjour, je m'appelle Thomas Jefferson et regardais un à un mes disciples assis autour de la table.
Grande était mon envie de monter en puissance.
Je pris le pain , le pain de l'alliance nouvelle et éternelle puis le rompis après l'avoir mis dans la bouche.
Je dis à mes disciples au nombre de 13 personnes vêtus comme moi d'une soutane:
"Prenez mon pain, le sacre de la nouvelle alliance éternelle, amen.
Priez de toute vôtre âme pour que le monde soit la paix…."

Ils m'imitèrent en prenant l'hostie et baissèrent la tête pour approuver la décision de la grand messe qui apporterait la paix dans le monde.
Mais je me souviens très bien de Thomas Jefferson.



envoyé par: Anonyme

Bonsoir,

Je viens de terminer votre livre qui m'a donné envie de parler d'un rêve qui me marquera toujours. Je ne sais pas vous mais même avec quelque chose de marquant j'ai tendance à oublier le reste du contexte du rêve. J'ai donc (deux fois) réussi à comprendre que je rêvais dans un rêve. Je me rappelle vaguement pour le premier où des que j'ai compris, je me suis mise à dire n'importe quoi et dans mon rêve je me suis dit que si je me pincais, ça allé me réveiller je l'ai donc fait au début ça ne fonctionnait pas et j'ai recommencé fortement et la, je me suis réveillée.



envoyé par: saolim

Une voiture arrive sur la gauche de la route et elle va faire demi-tour. Je marche dans la rue et prends soudainement conscience que je rêve. Je vois des images illusoires qui s’envolent. Je regarde un petit sapin sur la gauche où se trouve la voiture et je perçois son éclat par la lumière du soleil. Le sapin brille de façon étrange, comme si c’était plus vrai que nature. Je trouve ça magnifique, car j’ai vraiment la perception d’être conscient de rêver et j’ai l’impression que si je bouge, je vais me réveiller, alors je continue de fixer le sapin pour absorber le reflet de sa lumière qui provient du soleil auquel je tourne le dos. La voiture avance dans ma direction et j’essaie de fixer le sapin, mais j’ai envie de regarder le conducteur de la voiture. Je lutte pour rester dans mon rêve lucide, mais mon regard va vers le conducteur et je me réveille.



envoyé par: Brin d'If

J'ai fait mon premier rêve lucide il y a quelques jours, peu avant de terminer "Le Sixième sommeil". Je rêvais que j'étais dans une maison au bord de la mer, mais dans un cadre professionnel. J'y croisais mes élèves, mes collègues et même des parents d'élèves. La lumière était plutôt terne, grise. Cette maison avait des allures de labyrinthe. On pouvais y déambuler infiniment sans jamais pénétrer dans la même pièce. En parlant de pièces, elles étaient de taille modeste, mais vides, avec seulement quelques objets qui trainaient sur le sol, comme des planches ou des draps. Parfois, je voyais un élève assis au sol. Au détour d'un couloir, je croisais une collègue, toujours la même curieusement, avec qui j'échangeais quelques paroles banales, avant de circuler de nouveau dans la maison. À un moment donné, je me suis endormie dans mon propre rêve. Les choses se sont passées ainsi : en cette période la fatigue qui précède les vacances est très intense, et avant chaque cours, je dois prendre sur moi pour avoir l'air en forme, et puiser dans mes ressources pour tenir une heure face à mes élèves. Dans mon rêve, comme il me restait un peu de temps avant que le cours ne commence, je me suis allongée pour faire une sieste, et je me suis endormie. En somme, j'ai rêvé que je rêvais. Et c'est à ce moment là que j'ai pris conscience que je dormais. Dans mon rêve à l'intérieur du rêve, j'étais dans un couloir sans fenêtre. Les murs étaient recouverts d'une vieille tapisserie d'un rose douteux (la même qui se trouve dans la cage d'escalier de la maison de mes parents). J'ai touché ce mur, et là je me suis rendue compte que je rêvais, mais que j'étais bien ancrée dans ce rêve et qu'il n'y avait pas de risque que je me réveille. Alors je suis sortie du couloir. La maison était la même que celle de mon rêve d'avant. J'en suis sortie, et je suis arrivée sur une plage. L'horizon était clair, la mer à peine agitée, et le ciel variait entre des teintes de bleu, de gris et de doré. J'ai alors décidé de m'envoler. Après plusieurs petits sauts, je suis entrée dans un état d'apesanteur, et me suis élevée dans les airs. La sensation était la même que lorsqu'on est dans l'eau. Je suis montée très haut, jusqu'à ne voir plus que le ciel et la mer, loin sous mes pieds. Je me souviens m'être demandée si je pouvais aller visiter la noosphère, comme dans le livre, mais j'avais peur de ne pas en revenir, si j'arrivais à y accéder, et décidai de m'arrêter là pour ma première expérience. Je me suis alors réveillée, mais toujours à l'intérieur de mon rêve, en perdant l'état de lucidité que j'avais acquis. Affectée par mon expérience, je me suis alors rendue compte que l'heure de mon cours était passée, et qu'en mon absence, mes élèves avaient dû aller en permanence. Je me suis remise à déambuler dans la maison. J'ai recroisé ma collègue, à qui j'ai tenté d'expliquer sans succès ce qui m'était arrivé, j'ai croisé un élève et son père, qui m'a reproché mon manque de sérieux. Une fois devant ma classe, j'ai alors prétexté un malaise pour justifier mon absence. Je ne me souviens pas du reste, mais en me réveillant, j'étais à la fois heureuse d'être parvenue à faire un rêve lucide, et interloquée par le reste des événements, et notamment par ce mécanisme de rêve dans le rêve. Vous savez, c'est ce genre de réveil où on se redresse, la main sur le front, l'œil vague, en se disant "qui... ? que... ? QUOI ?!"



envoyé par: Elf

Bonjour

Un rêve que je fais très régulièrement.
J habite une maison très ancienne avec planchers tentures...et il y a deux pièces dans lesquelles il ne faut surtout pas entrer car il y aurait des présences mal intentionnées et notamment celle d une vieille femme ...une des chambres donne sur la première qui lorsque j ouvre la porte je ne vois qu un escalier sombre qui descend...je referme...
La seconde qui est aussi mitoyenne d une chambre est une sorte de boudoir... SON boudoir : je rentre attirée par la douce lumière et la décoration je sens une présence bienveillante malgré tout ce qu on a pu me dire...la porte se referme doucement laissant les personnes qui m accompagnaient ( qui d ailleurs sont deux ou trois selon les rêves et dont je ne vois pas les visages...je sais juste qu elles sont là )...et je me réveille...toujours à ce moment...



envoyé par: DIMITRI

Bonjour ou bonsoir! Un rêve mais plus ou moins éveillé en période de burn-out, grosse fatigue, ou je me suis retrouvé à un endroit du boulot où il y a beaucoup de collègues, certains que j'apprécie beaucoup et deux ou trois autres beaucoup moins, cependant nous avions tous des particules communes, représentées par des points lumineux et j'ai commencé à m'éloigner lentement de l'endroit, puis de la ville... de la Belgique....comme si tout ce que l'on pouvait voir, humains animaux constructions champs pluie....TOUT, n'était constitué que de particules s'assemblant momentanément et se séparant à vitesse accélérée, puis tout s'éloigne je vois la terre, puis le soleil parmi d'autres étoiles, puis comme une angoisse de ne plus pouvoir revenir sur terre,puis une période d'incertitude ..... encore dans le rêve ou pas ????? Puis comme l'eut dit Lapalisse, si je vous écris c'est que je ne suis pas mort, donc l'éveil s'en suivit!



envoyé par: anonyme

J'étais avec mon amoureux dans une ville au bord de l'eau pour allez voir un concert de led zepplin. la mère de mon copain voulait absolument etre bien placé. Elle pensait qu'il y avait un meilleur emplacement dans un article un peu plus loin. ils sont retourné voir a la résidence si c'était mieux dans ce bar ou dans la salle de spectacle.

sur la route du retour je me suis fais percuter par un camion blanc alors que j'étais en moto, une fille et un bebe ont alors ete projeter dans l'eau.
un homme est allé les secourir. De retour, dans une piece, des serpents nous courraient apres et on devait s'enfermer pour les semer. Une voix m'a dis qu'ils ne portent chance seulement quand ils passent avant nous dans une pièce. une fois cacher dans un placar avec des trous ils essayaient de me toucher par tout les moyens. Ils avaient des pattes de chien a la place de leurs corps.

En sortant je crois marché dans l'eau seulement ce n'est pas de l'eau mais c'est le dos d'un crocodile il se met alors a courir et je dois essayer de trouver le moyen de partir sans me faire manger.

J'ai réussi a arriver sur le palier dans ma maison je fais un doigt d'honneur a un enfant. il va alors le dire a ma maitresse de quand j'étais petite. elle m'appelle par le telephone de ma chambre me dit que ce n'est pas bien. je lui dis que ce n'était pas méchant c'etait comme si je tirais la langue. et que en le faisant je savais qu'il allait le repeter.

Ensuite je me réveille...^^



envoyé par: anonyme

J'ai rêvé avoir rencontre une jeune femme mendiante avec un enfant et une autre femme. Je lui ai dit d'aller travailler au lieu de mendier, alors elle était furieuse elle a commencé a courir derrière mois. Arrivée devant un gendarme qui l'a empêché de me poursuivre mais sans succès elle continue jusqu’à ce que j'arrive dans un quartier isolé ou il y avait un café pleins d'hommes et une maison , j'ai préféré entrer dans une maison où je trouve une femme seule a qui je raconte mon mêle. Cette dernière est sortie pour parler a la jeune dame qui me poursuivait; à son retour elle était accompagnée d'une autre femme avec un enfant et de la mendiante en question en me disant qu elle lui a donné un billet de 1000 da .Prise de panique je me réveille.



envoyé par: ???

Bonjour,
J ai assez récemment fait une paralysie du sommeil, ça devait être la conquieme que je faisais. Depuis la première paralysie du sommeil que j ai eu je fais des sortes de rêves éveillés mais je ne me sert pas du contrôle que j’ai. Je suis consciente d être dans un rêve et une j ai une fois fait apparaître une personne que je souhaitais voir. Seulement la plus part de vous ou je fait des rêves en étant consciente de rêver (ça m arrive fréquemment) je fais un refus à ce « pouvoir » et je m’obsede a me réveiller. Il m’arrive souvent alors de faire 4 ou 5 faux réveils avant de réussir. Je me demande d’ailleurs si les faux réveils ne serait pas une sorte de rêve lucide également.

ps: il faut savoir qu il y a environ un an j ai fait beaucoup beaucoup d’insomnies et que j’avais peur d’aller me coucher, j en pleurais tellement que j’etais tétanisé, peut être que ce refus de contrôle et mon obsession à vouloir me réveiller serait dut à ma peur d’insomnies ?



envoyé par: chrissetiane16

Ce rêve est court mais il m'a laissé des traces je ne l'oublierai jamais
je faisais de la cuisine et j'avais besoin d'échalotes pour faire mon frichti,
facile je me suis "téléportée" au moyen âge sur un marché, les habits, le décor,
les gens, et j'ai trouvé un monsieur qui en avait, seulement il me fallait de l'argent
ou quelque chose pour payer mais je n'avais rien sur moi, mis à part ma chaîne en or avec le christ dessus et je l'ai donnée, mon échalote m'a coûté chère mais je n'ai pas hésité je suis revenue tranquille dans ma cuisine



envoyé par: Lylu Dallas

[Dream – October, 2018, 27th – 3h30 at night]

Je suis chez un ami et j’attends que ma famille vienne m’y rejoindre.
Son appartement est petit, et très sombre. Un salon en enfilade composé uniquement d’une très grande table pouvant accueillir beaucoup de monde ainsi que de nombreuses chaises le traverse. La chambre ne possède qu’un grand lit et une petite table de nuit. Dans la cuisine, un plan de travail, un canapé et quelques chaises également. Assez petite et étroite. Toutes ces pièces ne sont éclairées que par quelques rares ampoules suspendues et aucune fenêtre ni volets ne sont ouverts. Ou peut être fait-il déjà nuit ? Quoi qu’il en soit, la luminosité est assez faible mais suffisante pour que l’ont puisse circuler sans se heurter aux meubles.

Le rêve commence lorsque ma mère, mon père, ma sœur, son mari et leur petite fille ainsi que mon frère et sa copine arrivent enfin.

Je passe pas mal de temps a discuter avec ma sœur, puis je joue avec leur fille. A un moment, elle perd un objet dont ma sœur a besoin et nous passons du temps a essayer de le retrouver dans ce qui semble être devenu sa chambre car il y a pleins de jouets partout sur sol. Finalement, au bout de longues minutes, nous réussissons à remettre la main dessus et ma sœur retourne s’occuper de sa fille. Je sort enfin de cette pièce et je rejoins mes parents dans celle d’à côté.

Ma mère est comme à son habitude en train de tout réorganiser dans l’appartement. Mon frère discute avec sa copine et mon père lit des articles sur son téléphone. Pendant tout ce laps de temps, c’est comme si cet endroit était devenu notre maison, et j’oublie temporairement que nous ne sommes que des invités.

Nous reproduisons les comportements et habitudes que nous aurions eu dans notre vie de tous les jours, tout les schémas familiaux desquels nous sommes les prisonniers. Et comme toujours, je ressens un grand besoin de sortir, de m’éloigner de tout ça. comme si cela n’avait aucun sens et que je me sentais comme une étrangère. Je n’ai aucune envie d’être au milieu de tout ça.

Nous sommes censé partir pour manger ailleurs tous ensemble, et je le rappelle à tout le monde puisque ils semblent l’avoir oublié. Nous nous préparons tous, et nous attendons ma mère dans la cuisine, comme toujours, désespérés qu’il lui faille autant de temps et de la voir s’agiter dans tous les sens sans raison apparente, comme poussée par une logique qui nous échapperait. Quand elle nous rejoins enfin, elle ne peut s’empêcher de me faire une remarque déplacées et intrusive sur ma vie qui lance un débat généralisé, et tout le monde s’en mêle pour avoir son mot à dire. C’est une vraie cacophonie, et comme à chaque fois que cela se produit, je m’évade en pensées car cela provoque en moi l’impression de ne plus exister. De ne pas être écoutée. De ne plus compter.

Perdue dans mes rêveries échappatoires, je réalise que cet ami chez qui je suis s’est endormi sur un canapé au milieu de tout ce beau monde, et je reprends enfin mes esprits en me rappelant que non, je ne suis pas chez moi, mais chez lui, et qu’il est plus que temps de partir d’ici, que nous avons déjà bien assez abusé de son hospitalité. Je fais donc sortir tout le monde de la pièce, et je le réveille doucement en lui proposant d’aller se coucher dans son lit, ce qu’il accepte tout de suite sans discuter. Je le raccompagne et une fois seuls, il me fait comprendre qu’il n’a pas vraiment apprécié la situation, et qu’il aimerait que ça se reproduise plus. Qu’il a du acheter tout un tas de câbles qui n’étaient en plus pas bon marché et pas de bonne qualité pour eux, qu’il aurait aimé ne pas avoir eu à le faire, ce que je comprends tout à fait.

Je ressens alors une honte indescriptible vis à vis de ce qu’il vient de se produire et du comportement de ma famille et je m’excuse en long et en large pour tout ça. En effet, « nous » avons pris possession de son appartement alors qu’il avait eu la bonté de nous y accueillir, en « nous » imposant et surtout en ignorant totalement sa présence car pas à un seul instant aucun de « nous » n’a interagit avec lui comme s’il n’existait plus. J’ai honte d’eux, mais j’ai encore plus honte de ne pas avoir réalisé plus tôt ce qu’il était en train de se produire et agit en conséquences en les laissant se comporter de la sorte… Je me sens tout aussi coupable qu’eux de l’avoir mis dans une telle situation….

Fin du rêve.

---------------------------------------

[Analyse – Message]

Pour moi, ce rêve symbolise ce que l’on traîne en permanence avec nous. Notre passé, nos influences, notre vécu. Mais pas les choses « positives » que l’on assume au grand jour, plutôt ce que l’on veut oublier, refouler au plus profond de soi. Que l’on a du mal à accepter comme faisant partie de soi. Et un désir profond d’émancipation, d’évolution. De renaissance.

[Analyse – Level One]

Le lieu du rêve symbolise cet endroit dans mon esprit où tout ceci est comme « stocké ».
De petites pièces sombres et peu spacieuses : je n’accorde que peu de place à ce qui s’y trouve. Les fenêtre fermées, volets clos, peuvent indiquer que je ne souhaite pas que quoi que se soit en sorte. Que je l’ai volontairement « cloisonné ». La faible luminosité, que beaucoup de choses restent encore « inconnues », dans l’ombre. Mais suffisamment éclairé pour y circuler, pour « naviguer » dans cet espace.

Le fait de n’être qu’une « invité » peut représenter le fait que je me sente étrangère à tout ce bagage mémoriel et émotionnel et que je refuse qu’il fasse partie intégrante de moi. Mais malgré ce désir de m’en émanciper, il semblerait qu’il continue de me suivre et de m’influencer dans ma façon d’être, puisque je finit par en oublier mon rôle initial et je me laisse entraîner dans cette chorégraphie familiale absurde, en y occupant la place que j’y ait toujours occupé, et dont j’ai toujours voulu m’extraire. Je ne réalise cet état de fait qu’à la fin du rêve, quand un regard extérieur me le rappelle, m’obligeant à me confronter à cette dure réalité.

Cet ami chez qui je suis peut très bien être cette partie de moi qui lutte pour s’éloigner de tout ça et le laisser derrière elle, et qui me reproche de pas y être totalement parvenue. Les câbles que je l’ai « obligé » à acheter contre son grès symboliseraient alors cette espèce de lien non totalement coupé d’avec ce passé, dont elle voudrait définitivement se débarrasser, et je la contraindrait à devoir le maintenir de part le fait de ne pas agir en ce sens, ou plutôt en n’agissant pas, et en intervenant que tardivement, une fois que celle-ci se soit mise en « sommeil ». Petite note d’espoir, puisque je finit par le réaliser par moi-même et que je décide de les faire partir et de la réveiller pour prendre soin d’elle. Tout n’est pas perdu.

[Analyse – Level Two]

Le lieu du rêve symbolise mon état d’esprit actuel, ou tout du moins, celui que je cherche à atteindre. Peu de pièce, très peu meublées, avec ce que l’on pourrait appeler « l’essentiel », et pas de place pour autre chose que cela, communiquant entre-elles dans un ordre bien précis. La faible luminosité régnant dans ce lieu pourrait représenter le fait que pour l’instant, il y a encore beaucoup d’inconnue et que j’avance à tâtons. Qu’il me reste encore beaucoup à découvrir et à comprendre.

Le salon
Lieu de convivialité, de partages et de détente, se trouve en son cœur, connecté à toutes les autre pièces. Il est la pièce la plus importante de l’appartement, sans doute parce que j’accorde beaucoup d’importance aux valeurs qu’il représente. Il est composé uniquement d’une très grande table rectangulaire et de nombreuses chaises. Peut-être pour représenter le fait que chacun peut y avoir la place qu’il désire occuper.

La chambre
Lieu de repos et d’intimité. Moins grande que le salon mais plus spacieuse : elle ne comporte qu’un lit double et une table de nuit à sa droite. Décoration très « sobre », plancher au sol, mur unis, poutres de bois au plafond. Pas de fioritures. Et de l’espace pour circuler, respirer, sans même s’encombrer d’une armoire ou autre éléments secondaires à son usage principal. Sans doute ai-je besoin de beaucoup « d’espace » dans mes relations aux autres.

La cuisine
Lieu de restauration. Ou peut être plutôt de « transformation », car c’est là que l’on mélange divers aliments en suivant une recette pour créer différents plats. La plus petite pièce de la maison, et aussi la moins « remplie ». Uniquement un plan de travail dans un des coins contre le mur, un canapé et quelques chaises. Aucun frigo, ni autre appareil servant à cuisiner ou conserver les aliments. Je ne ressens sans doute pas le besoin de « d’utiliser » des outils pour effectuer une métamorphose. En terme de disposition, à l’opposé de la chambre, à l’autre bout du salon. Il faut donc traverser celui-ci pour passer de l’une à l’autre de ces pièces.

Mon rôle : l’hôte & l’invitée.
Partons du principe dans ce niveau d’analyse que l’hôte de ce rêve soit une partie de moi. Puisque l’appartement lui appartient, on peut en déduire que c’est la partie de moi qui désire atteindre un état d’esprit nouveau, différent, et évoluer vers autre chose que ce que j’ai pu être jusqu’alors. Ce même état d’esprit caractérisé par la spécificité de l’appartement que je décris juste avant. Elle m’y « invite » donc, on peut aussi déduire qu’elle n’est pas totalement hostile à mon passé. D’autant plus qu’elle sait que j’y attends toute ma famille proche, qui dans ce cas, jouera le rôle de ces fantômes qui me hantent parfois contre mon grès. Mais j’y suis de manière « temporaire », car un repas nous attends. Elle ne désire donc pas non plus que j’y reste et y établisse mes quartiers. On peut donc comprendre sa réaction à la fin, dont l’analyse du premier niveau rejoindra celle-ci dans sa symbolique.

Les autres personnages : mes différentes facettes & fantômes résiduels.

Ma sœur : Représente la partie de moi qui est mère. Je discute pas mal avec elle, je prends le temps de jouer avec sa fille, puis je la laisse prendre le relais. J’accorde donc une certaine place à ce pan de ma personnalité, mais je ne le laisse pas pour autant au premier plan en permanence. Elle est d’ailleurs la seule à avoir mon attention pleine et entière hormis à la fin du rêve. Sa fille perds un objet à elle parmi les autre dans la pièce, peut être cela veut dire que j’ai eu le sentiment de perdre de vue cette responsabilité à un moment donné, mais que j’ai finit par la retrouver, ou à l’inverse, que ce nouveau rôle m’a fait perdre de vue le reste, puisque j’y était totalement consacrée (je passe beaucoup de temps à jouer avec sa fille proportionnellement au temps total du rêve).

La scène familiale ou chacun y tient sa place, peut quand à elle représenter la partie de moi qui l’a vécu, qui en garde encore une trace. Cette partie de moi qui craint de ne réussir à trouver sa place quelque part dans toute cette cacophonie, et qui n’a d’autre choix que d’en créer une fictive pour se sentir exister quelque part.

Dans le fond, ce second niveau ne diffère pas vraiment du premier en son sens profond qui semble rester le même : je me laisse influencer par mon passé et en oublie l’essentiel et ce que je désire vraiment au fond de moi. C’est un rappel à l’ordre bienveillant, pour me rappeler de ne pas perdre de vue mon objectif, pour mon propre bien.

[Analyse – Evade]

Pour finir cette analyse aussi poussée que possible de ce rêve marquant pour moi, je vais revenir sur les éléments, qui, je le remarque à présent, ont été éludés involontairement de ma part. Je pense que cela peut être aussi parlant que ce dont j’ai déjà parlé, car ces différents éléments représentent des choses auxquelles j’ai très certainement du mal à faire face, et évite inconsciemment.

Pourquoi nous réunissons-nous tous dans la cuisine, et pas le salon, alors que c’est bien là qu’il semble y avoir le moins de place ? Peut être ai-je besoin que tous les éléments faisant partie de moi y soient réunit pour atteindre le recul suffisant me permettant de voir les choses dans leur ensemble, et ainsi m’en délivrer pour de bon et progresser dans mon processus de transformation psychique ? Et que malgré le fait que j’ai du mal à les accepter pour ce qu’ils sont, il n’en reste pas moins qu’ils sont présents en moi et que je ne peut m’y soustraire, même en fermant les yeux.

Le fait de raccompagner mon hôte jusqu’à la chambre à la fin du rêve pour qu’il puisse continuer à se reposer. Cela m’évoque instinctivement une sorte de « déplacement ». Ce qui aurait du se trouver dans la chambre, symbolique de mon intimité, se trouve dans la cuisine, où il n’a rien à y faire. Ce pourrait-il que cela soit une manière pour moi de la fuir en ne l’occupant pas de la manière dont je le devrais ?

Aussi, je ressens le besoin à ce moment là du rêve, d’évacuer la pièce de tous ses occupants, comme si j’étais persuadée que réveiller mon hôte au milieu de cette cacophonie étrangère ne soit pas du tout une bonne chose à faire. Sans doute la crainte que ces éléments faisant partie de moi que je refoule soient incompatibles avec cette facette de moi-même, celle qui représente ce que je veux devenir ?

[Analyse – Conclusion]

Je suis loin d’être sure de tout saisir de ce rêve, mais en revanche, je reste convaincue qu’il symbolise un choix qui s’offre à moi d’évoluer vers autre chose que ce je connais déjà. Et que la solution qui semble m’être dévoilée, soit de ne plus chercher à renier ces choses obscures de ma personnalité en les ignorant (puisque passive dans mes interactions avec les personnages qui les symbolisent) ce qui les poussent à « m’envahir », mais plutôt de leur trouver une place qui leur permettent de continuer d’exister en leur donnant sens.



envoyé par: Angora Bashung

J'ai fais ce rêve (ou cauchemar plutôt) au cours d'une sieste l'après-midi du 11 novembre 2015.
Je suis dans un bar avec des amis. Il y a beaucoup de monde, beaucoup de bruit, on parle fort pour se faire entendre. Je sens un malaise monter en moi, un stress qui va grandissant. Et là j'entend les gens crier d'abord, puis la fusillade couvre les cris, je vois des personnes tomber couvertes de sang. Je me jette au sol et essaie de me cacher sous des chaises renversées.
Je dois dire que je n'ai jamais eu aussi peur, ni dans mes rêves, ni en réalité. La sensation que mon coeur se comprime au point de ne plus fonctionner et que mes poumons vont exploser.
Deux jours plus tard, attentat au Bataclan et dans les bars à Paris... Dans l'un des JT un gars témoigne : il était dans un bar avec des amis...la fusillade...il s'est jeté au sol et a essayé de se cacher sous des chaises.
Aujourd'hui encore je suis très mal à l'aise à raconter cela, d'ailleurs je tremble en écrivant en ce moment. Ce n'est pas le seul rêve prémonitoire que j'ai fait, mais c'est de loin le plus horrible.



envoyé par: Vivimaestro63

Cette nuit, j'ai rêvé d'un vieil ami d'enfance qui a longtemps été amoureux de moi, nous étions dans un endroit inconnu avec des personnes que je ne connaissais pas non plus, il recherchait son t-shirt mais une fille inconnue l'avait caché dans mon anus et il fallait que j'aille dans une pièce comme un vestiaire pour l'enlever et il continuait à se plaindre de l'endroit où pouvait être son t-shirt perdu.
Ensuite, j'ai rêvé d'immeubles inconnus, me retrouvant dedans avec d'innombrables inconnus, je montais dans un ascenseur en étant seule, avec une folle envie de déféquer , je faisais mes besoins dans l'ascenseur en ayant la peur d'être surprise par des personnes qui rentreraient dans l'ascenseur à tout moment..
Je recherchais en parallèle un beau jeune garçon qui devait avoir 15 ans de moins que moi et une fois arrivée en haut de l'immeuble, j'ai pu le retrouver au moment où je m'apprêtais à prendre le bus sur le toit de cet immeuble pour aller " je ne sais où"...
Bizarrement, j'ai fais demi- tour car je me demandais pourquoi j'allais dans la direction de ce bus et là, je trouve le jeune homme et je me prends mon courage à deux mains et je lui demande son numéro de portable et il accepte finalement de me le donner, par grand étonnement puisque j'avais ressenti auparavant dans mon rêve une réticence à cela....
Il me donne un numéro mais quand je fais sonner son téléphone devant lui, cela ne sonne pas, enfin cela sonne mais visiblement, ce n'est pas son numéro puisque son téléphone ne bouge absolument pas quand je compose le numéro qu'il me donne...
Je lui demande pour quelle raison son téléphone ne sonne pas, il me répond qu'il n'a aucune idée....

Voilà en gros le rêve de cette nuit du 3/10 au 4/10.

Je poste pour la première fois mon rêve sur votre site, j'ai lu vos romans " demain les chats" et " le sixième sommeil", bravo pour vos romans, je vais poursuivre vos autres lectures prochainement, j'aime votre style d'écriture.

Je reposterais d'autres de mes rêves que je me rappelle dans les jours prochains.



envoyé par: anonyme

J ai reve que j utilisais l ordinateur par la pensée pour réussir ce que j avais à faire et que l ordinateur devenait mon complice de lui même.